Égalités / Économie

Les offres d'emploi contiennent souvent des préjugés inconscients

Temps de lecture : 2 min

Et cela dissuade des femmes de postuler.

Les mots comptent | One Tree Hill via Youtube License by
Les mots comptent | One Tree Hill via Youtube License by

«Les mots comptent, les mots construisent et détruisent. Les mots restent»: cette citation de Douglas Kennedy s’appliquent parfaitement au marché du travail. Les offres d’emploi foisonnent de préjugés inconscients et peuvent décourager certains candidats et candidates à postuler à une annonce. En somme: chaque mot doit être soigneusement pensé pour ne pas être discriminant.

Le descriptif de poste «Nous sommes à la recherche d’une personne capable de diriger une équipe» paraît tout à fait anodin. Pourtant, une étude basée sur plusieurs centaines de millions d’offres d’emploi révèle que les femmes ont moins tendance à postuler que les hommes à une annonce qui contient le verbe «diriger». Comme l’explique Kieran Snyder, directrice générale de Textio, l’entreprise en charge de cette étude, «si l’on change le verbe “diriger” par “construire”, les réponses à l’annonce sont bien différentes».

«On ne sait pas pourquoi un verbe comme “diriger” repousse les femmes. Textio se sert de l'intelligence artificielle pour fouiller les descriptifs de poste en temps réel et faire ressortir les mots discriminatoires. Ensuite, il propose une alternative à nos clients et clientes. Par contre, c’est à eux et elles de déterminer pourquoi ce mot ou cette phrase ne fonctionnait pas», précise-t-elle.

Le pouvoir des mots

Atlassian, s’est servi du logiciel Textio pour analyser ses offres d’emploi. Après avoir banni des expressions comme «Recherche ninja du codage informatique» de ses annonces, l’entreprise a vu une augmentation de 80% du taux d’embauche de femmes dans les postes techniques.

«Avec ce genre de phrase, les entreprises font passer un message pas très female-friendly. Elles s’attendent à un environnement de travail hostile», a déclaré Aubrey Blanche, responsable internationale de la diversité et l’inclusion pour Atlassian.

En 2011, une équipe de chercheurs nord-américains avait déjà constaté que les femmes se dirigaient plus naturellement vers des offres d'emploi employant des formulations féminines. Leur étude révélait aussi que certains mots dans les annonces étaient associés à des préjugés inconscients: les hommes sont «compétitifs» et des «leader» alors que les femmes «aident» et brillent dans les «relations interpersonnelles».

Quand inclusion et diversité riment avec succès

«La diversité et l'inclusion dans les offres d'emploi est crucial pour embaucher des personnes de talent», souligne Elaine Orler, directrice générale de TalVista, une entreprise spécialisée dans le recrutement. Des économistes américains ont constaté que les entreprises qui proposaient une parité homme-femme pourraient augmenter leurs recettes d'environ 41%. Selon McKinsey & Company, un cabinet international de consulting, les entreprises ayant une équipe dirigeante multiethnique ont tendance à être plus performantes que leurs pairs.

«Si vos offres d'emploi n'incluent qu'un seul groupe de candidats, vous pourriez passer à côté de bon nombre de personnes talentueuses», renchérit Wendy Hirsh, associée principale à l'Institut de recherches sur l'emploi.

Newsletters

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

[TRIBUNE] Comme tes films légers se sont transformés en projets ambitieux, ça coince. Tu réalises un téléfilm sur un sujet féminin, sans politique ni métaphysique, c'est ce qu'on attend de toi.

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Beaucoup ne semblent réaliser que maintenant combien notre vie collective repose sur l'addition de tâches qui paraissent mineures, mais sans lesquelles nous serions en danger sanitaire grave.

Le colorisme sévit toujours dans les séries afro-américaines

Le colorisme sévit toujours dans les séries afro-américaines

Depuis le «Prince de Bel-Air», presque rien n'a changé. Les séries perpétuent des stéréotypes à travers le colorisme, cette discrimination privilégiant les Noir·es à la peau claire.

Newsletters