Politique

Selon Thierry Solère, les opinions publiques en Europe ne veulent pas des migrants de l'Aquarius

Temps de lecture : 2 min

Le député LREM estime que «chaque pays doit prendre sa part».

Thierry Solère, député LREM | Capture écran france info
Thierry Solère, député LREM | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info mardi 12 juin et interrogé sur l’accueil en France de l’Aquarius, Thierry Solère a estimé que le mouvement migratoire actuel était, selon lui, «le plus grand défi de notre époque». Le député LaREM de Boulogne a jugé nécessaire de «faire exister l’Europe sur le sujet». Pour lui, «chaque pays doit prendre sa part» et l'Italie n'a pas honoré la sienne.

À l’occasion du discours d’Emmanuel Macron donné au 42e Congrès de la Mutualité ce mercredi, il a défendu les mesures sociales du gouvernement et ajouté qu’il «voterait toutes les mesures qui permettraient d’aider les plus fragiles d’entre nous».

À la question de Slate (à 7'25) portant sur la pérennité de l'alliance de la France avec les États-Unis à l'heure où ceux-ci imposent des barrières douanières, opèrent une volte-face sur l'Iran et sur les accords trouvés au G7, l’ancien porte-parole de François Fillon a considéré que «depuis l'éléction de Trump [les choses] étaient très difficiles» mais qu'il s'agissait là d'une occasion pour l'Europe de se ressouder.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

Intervenant publiquement pour la première fois depuis dix-huit mois, l’ancien Premier ministre ne parvient pas à résoudre les contradictions de la social-démocratie en Europe.

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Chaque attentat désoriente un peu plus le pays et les démocraties qui, si elles n'y prennent garde, pourraient jouer le jeu des ennemis.

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

Et je déteste les cohérences qui ne manqueront pas de l’habiter.

Newsletters