Égalités / Monde

Contre l'excision, ce pasteur kenyan défend la «divinité du clitoris»

Temps de lecture : 2 min

Timothy Njoya était au tribunal à Nairobi pour demander qu'on «laisse le clitoris là où Dieu l'a placé».

Un outil utilisé pour l'excision en Ouganda en janvier 2018. | YASUYOSHI CHIBA / AFP
Un outil utilisé pour l'excision en Ouganda en janvier 2018. | YASUYOSHI CHIBA / AFP

La mutilation génitale féminine est interdite au Kenya depuis 2011, mais la docteure Tatu Kamau, une ancienne membre du gouvernement, a déposé une plainte en janvier 2018 pour demander la légalisation de l'excision (qui continue d'être pratiquée mais est passible de poursuites). Selon Kamau, chaque communauté doit pouvoir pratiquer sa «culture sans l'imposition impérialiste venant d'une autre culture qui a d'autres croyances et normes».

Au tribunal, elle a dû faire face à Timothy Njoya, un pasteur de 76 ans qui milite contre l'excision et a récemment publié un livre intitulé La divinité du clitoris dans lequel il célèbre le fait que sa mère ait réussi à échapper à l'excision en 1925.

Njoya a expliqué à la presse qu'il était venu au tribunal avec une «armée d'avocats pour défendre la divinité du clitoris», un organe qu'il appelle aussi «les antennes de Dieu dans le monde».

Entourée de femmes victimes de mutilations génitales, il a déclaré face aux caméras: «Laissez le clitoris où dieu l'a placé».

Dans les années 1980 et 1990, Njoya était un opposant du gouvernement autoritaire kenyan, et en 1999, il a fondé l'organisation Men for Equality with Women, qui encourage les hommes à respecter les droits des femmes. Il semble vivre ces préceptes d'égalité au quotidien.

En effet, dans une série de tweets en 2017, le pasteur, qui est à la retraite et se décrit comme «homme au foyer», avait parlé de ses contributions aux tâches domestiques, un sujet controversé pour la plupart des hommes kenyans.

Il avait même tweeté une photo du linge qu'il avait lavé et étendu:

Selon le Nairobi News, Njoya voulait montrer que laver le linge et nettoyer ne sont pas des activités qui ôtent leur masculinité aux hommes.

Newsletters

Le patriarcat patronymique, bordel de nom

Le patriarcat patronymique, bordel de nom

La France a quarante ans de retard sur le sujet par rapport à ses voisins.

Les petits secrets du Collectif Némésis, ces «Femen d'extrême droite»

Les petits secrets du Collectif Némésis, ces «Femen d'extrême droite»

Il semble n'être qu'un pion dans la stratégie anti-immigration et anti-islam opérée par les identitaires français.

Les familles homoparentales, grandes oubliées de l'UE

Les familles homoparentales, grandes oubliées de l'UE

Pour faire respecter leurs droits parentaux, certains couples se lancent dans de longues batailles juridiques.

Newsletters