Médias / Tech & internet

La communauté Facebook des fans des «12 coups de midi», entre enquête et complot

Temps de lecture : 8 min

Le jeu télévisé «Les 12 coups de midi», diffusé tous les jours sur TF1, déchaîne les passions des internautes. Au centre de toutes les attentions, l'épreuve de l'étoile mystérieuse.

Véronique tente de percer le secret de l'étoile mystérieuse des «12 coups de midi», le 12 juin 2018. | Capture écran via TF1
Véronique tente de percer le secret de l'étoile mystérieuse des «12 coups de midi», le 12 juin 2018. | Capture écran via TF1

Pendant de longues journées de janvier dernier, plusieurs millions de Françaises et Français se sont pris de passion pour une photo aux allures banales. Sur ce cliché, on distingue un quad posé devant un garage, sur lequel trône un homme. Visiblement âgé, son visage est caché par des lunettes de soleil et une casquette usée. Le cliché est si anecdotique qu’il aurait pu être tiré d’un album de famille.

Sauf que cette photo s’est retrouvée malgré elle au cœur de l’émission «Les 12 coups de midi», présentée quotidiennement par Jean-Luc Reichmann sur TF1, de 12h à 12h45. Au cours de ce jeu, les candidates et candidats doivent notamment deviner quelle personnalité se cache sur une image.

Ce jour-là, il s’agissait de Franck Provost, mais le cliché a beaucoup agacé, tant il était difficile de discerner le célèbre coiffeur. Sur YouTube, un fan de l’émission a récolté des centaines de milliers de vues avec d’étranges vidéos d’indignation.

Mais c’est surtout sur Facebook que les «12 coups» –et en particulier l’étoile– entraînent des enquêtes collectives d’une rare intensité et même, régulièrement, des polémiques.

«Mdm» et célébrités à deviner

À l’été 2010, quand «Les 12 coups de midi» débarquent sur TF1, juste avant le JT de Jean-Pierre Pernaut, Jean-Luc Reichmann avait la lourde de tâche de faire oublier une autre émission, qu’il présentait déjà: «Attention à la marche!», succès d’audience resté notamment célèbre pour sa «question coquine».

Inspiré du jeu argentin à succès «El Legado», «Les 12 coups» garde un principe simple: quatre candidates et candidats, des questions de culture générale et des manches éliminatoires jusqu’à la finale. Le gagnant ou la gagnante hérite du titre de «maître de midi» –«mdm» pour les intimes– et revient le lendemain pour défier quiconque aimerait «prendre sa place».

Mais pour la ou le mdm, le vrai objectif consiste à deviner quelle célébrité se cache derrière l’«étoile mystérieuse». Il s’agit d’une image cachée par des cases de couleur et progressivement dévoilée à chaque émission, en fonction de la performance de la ou du mdm lors de la phase finale. Pour chaque bonne réponse, un morceau d’image disparaît et la cagnotte de l’étoile augmente. Celle ou celui capable de deviner qui se cache derrière l’étoile mystérieuse remporte alors le gros lot.

Capture écran via TF1

Christian Quesada, dit «le Professeur», détient le record absolu de l’émission, avec 193 participations en six mois et 809.392 euros remportés. Un «biopic» serait même en préparation sur l’ancien candidat.

Autre chiffre impressionnant: l’audience de l’émission. Très vite devenu leader sur sa tranche, et notamment chez les femmes de moins de 50 ans, «Les 12 coups» frôlent régulièrement, voire dépassent, les quatre millions de téléspectateurs.

Ce succès repose, au-delà de l’humeur de Jean-Luc Reichmann, sur l’étoile mystérieuse. Car au-delà des mdm, c'est le public qui est encouragé à deviner qui se cache sur le cliché. Pour la production, instaurer ce suspens d’une émission à l’autre instaure un feuilletonnage parfait, (presque) à l'image d'un épisode de Game of Thrones.

Seulement voilà, TF1 n’avait sûrement pas anticipé la passion qu’allait provoquer cette fameuse étoile auprès des internautes.

Tout pour l’enquête

Léa et Stella sont deux fans inconditionnelles des «12 coups». Elles sont très connues dans la communauté, puisqu’elles s’occupent de la page Facebook «Qui se cache derrière l'étoile de midi», qui compte près de 64.000 «J’aime», soit 16.000 de plus que la page officielle gérée par TF1.

Depuis septembre 2014, Léa et Stella, qui l’a rejointe plus tard, débattent tous les jours sur leur page avec leurs abonnées et abonnés de chaque rebondissement survenu dans l’émission.

Contactées, les deux gestionnaires se sont montrées méfiantes, puis, après avoir reçu nos questions par écrit, ont décidé de nous envoyer… les réponses communiquées à Télé Loisirs quelques jours plus tôt.

«J’ai eu envie de créer cette page pour laisser aux gens la possibilité de donner leur avis sur le maître de midi, surtout pour chercher à trouver l’étoile de midi», écrit ainsi Stella. En plus de contenus «LOL», de phrases «inspirantes» (et parfois de commentaires sur des affaires judiciaires, comme lors de la relaxe de Jawad Bendaoud), les deux associées reviennent sur les questions posées aux candidates et candidats, se moquent plus ou moins gentiment de leurs erreurs, et effectuent une veille minutieuse de la quête de l’étoile mystérieuse, à l’aide de tableaux mis à jour quotidiennement ou d’estimations mathématiques.



Chaque nouvelle étoile lance une course effrénée sur leur page, où l'on rivalise de ruses pour avancer de nouvelles hypothèses. Pendant longtemps, l’image était une photo plus ou moins officielle de célébrité. Une fois l’essentiel des cases dévoilées, il était facile pour le public d’utiliser la fonction de recherche d’image inversée sur Google pour retrouver l’originale.

Si une journée de tournage couvre environ une semaine de diffusion, les participantes et participants pouvaient tout de même s’aider des réseaux sociaux, entre deux sessions de tournage, pour trouver l’étoile.

C’est pour limiter ces fuites et la triche que les règles ont changé début 2018. Fini les photographies de vedettes: désormais, la production réalise un montage photo regroupant des indices censés orienter la ou le mdm. Le challenge n’est plus visuel, il est culturel. Avant, il fallait connaître le visage de la personnalité; maintenant, il faut connaître des éléments de sa biographie.

«Pour le candidat qui a douze secondes pour réfléchir, c’est hard, estiment Léa et Stella. Il faut être intéressé par le côté people, se souvenir de sa carrière, sa vie privée.» C’est pour cette raison que l'émission a décidé de cacher la photo de la vedette derrière les dernières cases du montage.

Les membres de la page Facebook «Qui se cache derrière l'étoile de midi» rivalisent d’ingéniosité pour continuer leur enquête. En plus de la recherche d’image inversée qui permet de retrouver le décor de fond du montage, les fans Facebook ont appris à séparer les éléments de l’image et à recouper les informations avec Wikipédia pour remonter la piste de l’étoile.

Pour reconnaître les terribles tours Aillaud de Nanterre, certains se sont baladés sur Google Maps et ont publié la liste des personnalités liées à la ville.

Mais ce changement radical, qui suivait déjà le «scandale» de l’impossible Franck Provost, n’a pas seulement agacé les internautes fans de l’émission, il a aussi cristallisé une colère très ancienne à l’égard de TF1, de la production et de Jean-Luc Reichmann.

«Jean-Luc Tricheman» et Christian le «parasite»

En parcourant la page Facebook de Stella et Léa, il est fascinant de constater à quel point une partie des internautes de l’émission prend à cœur chaque phase de jeu, chaque défaite, chaque victoire. Et quand il faut émettre des critiques ou émettre des doutes sur l’honnêteté de l’émission, ni les candidates et candidats, ni la production, ni le présentateur ne sont épargnés.

Dans les réponses transmises par Léa et Stella transparaissent de nombreux reproches à l’égard de la production des «12 coups» –la société Formidooble– et de l’évolution du format de l’émission au fil des années.

Elles critiquent le nombre variable de cases sur l’étoile mystérieuse, mais également la forte disparité du niveau des questions. Dans un post, elles sous-entendent que des téléspectateurs ou téléspectatrices qui remportent de l’argent grâce à une participation téléphonique ont été inventées par TF1.

Plus grave, elles affirment que certains participantes ou participants sont favorisés et que d’autres, comme celles et ceux venant de Suisse ou de Belgique comme elles, ne gagnent que rarement.

En 2014, un ancien candidat niçois de 71 ans avait même lancé un blog pour s’insurger contre «Les 12 coups» et formuler le même genre d’accusations, que TF1 a démenties.

Lors de l’incroyable succès de Christian Quesada, les accusations de triche et de collusions étaient si récurrentes que Léa et Stella le surnomment parfois «le parasite». Jean-Luc Reichmann, lui, a hérité du surnom de «Tricheman».

Convaincues que la boîte de production Formidooble suit de près leurs publications, elles expliquent ne pas vouloir participer au jeu. «Nous aurions trop de vérités à dire devant les caméras, écrivent-elles. On aurait vite été éjectées pour la bonne image de l’émission.»

Interrogées à propos de ces «vérités», elles n’ont pas souhaité donner plus de détails. Les débats sont si passionnés dans leur groupe qu’ils dérivent parfois sur des terrains que l’on n’attendait pas.

Frédérique, fan de l’émission, retraitée de l’enseignement et âgée de 61 ans, est tombée par hasard sur cette page. «J’ai été dégoûtée à la lecture des commentaires, nous a-t-elle répondu via Facebook. […] On peut avoir un avis sur un fait dans une émission. L’exprimer en adulte et dans le respect est un signe d’intelligence! L’inverse en est un de bêtise et de vulgarité!» Elle se souvient avoir déjà répondu à un commentaire pour «dénoncer le manque de respect de ces soi-disant fans de l’émission».

Schisme au sein de la communauté

L’ambiance sur cette page est si particulière que nombre d'internautes ont fini par se retourner contre Léa et Stella, leur reprochant leurs critiques à l’égard des candidates et candidats ou d’alimenter parfois un climat à la limite du «complotisme».

Patrick, retraité belge de 58 ans, gère une page intitulée «Contre l’etoile de midi Lea and Stella», où, nous a-t-il expliqué sur Facebook, se regroupent les personnes «bannies de l’autre page».

Dans les deux camps, on se reproche mutuellement des injures, aussi bien contre les gestionnaires que contre celles et ceux qui participent à l'émission. Il est arrivé que des pages soient menacées de fermeture et que l'on bloque des fans en colère.

«C'est une page qui est remontée contre tout le monde à partir du moment où [la candidate ou le candidat] gagne un peu d'argent, affirme de son côté Patrick, qui s’étonne aussi de voir qu’elles comptent autant de likes sur leur page. [...] Elles croient même que TF1 espionne leur page.»

TF1, justement, a profité du changement de règle pour communiquer sur son émission et tenter de balayer certaines rumeurs persistantes sur internet. Dans Télé Loisirs, Jean-Luc Reichmann affirme ainsi ne pas connaître l’identité de l’étoile ou les réponses aux questions. Le producteur Thibaut Pupat, qui n’a pas donné suite à notre demande d’interview, explique lui que très peu de personnes connaissent l’identité de l’étoile au sein de l’équipe. Et si le public présent en plateau doit signer une clause de confidentialité, il est déjà arrivé que des candidates ou candidats, dont la star Christian Quesada, s’aident d’internet pour avancer dans le jeu.

Sur Facebook, malgré cette mise au point, les fans des «12 coups» continuent leurs enquêtes dans une communauté plus divisée que jamais, entre les adversaires et les soutiens de l’émission.

Sous un post où Léa et Stella relayaient les faits de triches évoqués par Télé Loisirs, une adepte de l’émission a laissé ce commentaire: «C'est pas de la triche...faut pas déconner là...» Ce à quoi les deux gestionnaires ont répondu dans la foulée: «Ah la la que c’est beau d’être naïve».

Vincent Manilève Journaliste

Newsletters

Comment sont choisies les candidates du Bachelor US

Comment sont choisies les candidates du Bachelor US

«Accepteriez-vous cette rose?»

Aux États-Unis, un dessinateur viré de son journal pour avoir caricaturé Trump

Aux États-Unis, un dessinateur viré de son journal pour avoir caricaturé Trump

Rob Rogers travaillait pour le Pittsburgh Post-Gazette depuis 1993.

Agathe Auproux, de bobo à Baba

Agathe Auproux, de bobo à Baba

La vie pas si simple d'une journaliste culturelle à la table de Cyril Hanouna.

Newsletters