Monde

À la Maison-Blanche, des fonctionnaires sont payés 56.000€ par an pour ramasser les papiers de Trump

Temps de lecture : 2 min

Le président américain a la mauvaise habitude de déchirer en morceaux tous les documents qui lui passent entre les mains.

Laissez parler les p'tits papiers  | Capture d'écran «Brooklyn Nine-Nine» via Youtube CC License by
Laissez parler les p'tits papiers | Capture d'écran «Brooklyn Nine-Nine» via Youtube CC License by

Le président américain a un système de rangement un peu particulier: il déchire les documents quand il considère avoir fini de travailler dessus. Même s'ils doivent, légalement, être conservés. Son personnel a trouvé une solution: le ruban adhésif.

La cellule de fonctionnaires du «management des archives» est, maintenant, presque entièrement dédiée au réassemblage des documents du président. Solomon Lartey, fonctionnaire pour le gouvernement depuis 30 ans, a intégré cette cellule au début du mandat de Trump. Pour la modique somme de 65.969$ par an (55.974€) soit près de 4.664€ par mois, il assemblait et recollait des morceaux de papiers déchirés par Donald Trump. Il témoigne de son ancienne activité auprès de Politico, après avoir été licencié.

Le casse-tête des archivistes

Le Presidential Records Act oblige le personnel de la Maison-Blanche à conserver tous les mémos, lettres, e-mails et papiers que le président touche pour ensuite les envoyer aux archives nationales.

Rapidement, les assistantes et assistants de Trump se sont rendus compte qu'il était impossible qu'il cesse de déchirer ses documents et de les jeter dans une poubelle ou au sol. Ils ont plutôt choisi de passer derrière lui pour tout collecter, recomposer les documents et les envoyer aux archives nationales, conformément à la loi.

Armés de rouleaux de ruban adhésif transparent, Lartey et ses collègues du «management des archives» naviguaient entre de grandes piles de papier pour essayer de les assembler «comme un puzzle», explique-t-il à Politico. La partie facile du job: quand les feuilles étaient déchirées en deux, à peu près au milieu. Mais parfois, le président Trump découpe tout en petits bouts, façon confettis.

Solomon Larkey a confié à Politico avoir reçu toutes sortes de documents: des feuilles de journaux dont certains mots étaient soulignés, agrémentés de quelques gribouilles, des invitations, des lettres d'électeurs ou législateurs sur le Congrès, même une du sénateur Chuck Schumer, chef des Démocrates au Sénat. «J'ai eu une lettre de Schumer, il l'a déchiquetée, c'était complètement dingue. Le papier était en minuscules morceaux», explique l'ancien employé.

Le travail des employés du «management des archives» était bien différent sous le président Obama qui ne déchirait rien. Au contraire, son équipe s'attachait à tout classer par type de documents dans des classeurs.

La Maison-Blanche n'a pas souhaité répondre à Politico sur le sujet. Aux dernières nouvelles, le bureau des archives s'occupe toujours de recoller les morceaux de papiers déchirés du président.

Slate.fr

Newsletters

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

Municipale d'Istanbul, petite leçon turque à l'électorat français désabusé

Municipale d'Istanbul, petite leçon turque à l'électorat français désabusé

Comme lors du scrutin annulé, le candidat du parti d'Erdoğan a été défait.

La crise hongkongaise révèle l'incapacité de la Chine à frayer avec l'opinion publique

La crise hongkongaise révèle l'incapacité de la Chine à frayer avec l'opinion publique

Le texte de loi qui était en préparation apparaît comme une considérable maladresse.

Newsletters