Monde

Défilé de mode en Arabie Saoudite: des drones à la place des mannequins

Temps de lecture : 2 min

Pour être conforme aux règles de modestie, les organisateurs ont fait porter les robes à des drones.

Des femmes marchent dans la ville de Rumah en Arabie Saoudite, le 19 janvier 2019. | Fayez Nureldine / AFP
Des femmes marchent dans la ville de Rumah en Arabie Saoudite, le 19 janvier 2019. | Fayez Nureldine / AFP

Afin d'éviter la présence de mannequins femmes, les organisateurs d'un défilé de mode en Arabie Saoudite les ont remplacées par des drones. À l'hôtel Hilton de Jeddah, les vêtements ont donc défilé sans corps à l'intérieur. Un des organisateurs a expliqué qu'il voulait que l'événement soit «adapté au ramadan».

En avril le royaume avait organisé sa première fashion week devant un public entièrement féminin. Or comme cet événement à Jeddah était mixte, des précautions supplémentaires ont été prises pour que les hommes ne voient pas de femmes.

Comparées à des fantômes

Sur les réseaux sociaux, ces robes désincarnées flottant sous les lustres dorées du Hilton ont été ridiculisées et comparées à des fantômes.

«Je meurs. À ce défilé de mode en Arabie Saoudite, ils n'avaient pas le droit d'avoir des femmes mannequins»

À l'initiative du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane, la situation des femmes dans le royaume ultraconservateur s'est légèrement améliorée ces derniers mois: elles ont pu assister à un concert et ont été autorisées à créer leurs propres entreprises sans demander la permission d'un tuteur masculin. En juin, les autorités ont commencé à émettre des permis de conduire pour les femmes, qui n'avaient jusqu'ici pas le droit d'être au volant. Mais en parallèle, une dizaine de militantes féministes ont été arrêtées et détenues pour leur appartenance à des groupes de défense des droits des femmes.

Newsletters

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Dans les camps de déplacés d'Idleb, des bébés meurent de froid

Dans les camps de déplacés d'Idleb, des bébés meurent de froid

En à peine trois mois, près de 500.000 enfants ont dû fuir les combats au nord-ouest de la Syrie.

Harry et Meghan, la délicate transition

Harry et Meghan, la délicate transition

De la vie royale à la vie civile, les Sussex s'apprêtent à négocier un virage inédit et périlleux vers leur nouvelle carrière.

Newsletters