Sociéte / Tech & internet

Les «Incels» ont maintenant leur site de rencontre

Temps de lecture : 2 min

Jeune demoiselle recherche un mec mortel...

Un homme seul espère, peut-être...  | Jon Tyson via Unsplash CC License by
Un homme seul espère, peut-être... | Jon Tyson via Unsplash CC License by

Depuis le 29 mai, les «Incels» ont leur propre site de rencontre, appelé #DateAnIncel. Le but, un peu paradoxal, est de «matcher» des femmes avec ces hommes qui détestent la gent féminine.

Les «Incels», abréviation de l'anglais «involontary celibates» se définissent donc comme des célibataires involontaires. Ils appartiennent à la sous-culture masculiniste qui se retrouve notamment dans les tréfonds misogynes d'internet. L'attaque de Toronto en avril 2018, commise par un des leurs, les a rendus tristement célèbres.

Amour, humilité et misogynie

La baseline du site est simple: «L'amour provoque du changement». Mais l'idée sous-jacente, souligne une journaliste de la section Indy de The Independant, est qu'«il est de la responsabilité des femmes de sortir avec ces hommes avant qu'ils tuent à nouveau».

On peut lire sur la page d'accueil: «Trop de gens souffrent des effets négatifs du célibat involontaire. Ces Incels partagent souvent les mêmes buts que le reste de la population: un désir d'être accepter, d'amour et de communauté. [...] Si vous vous êtes émues de la récente attention des médias autour du mouvement Incel et cherchez une façon de transformer votre vie amoureuse en un message d'espoir, #DateAnIncel est le service pour vous.»

Pour postuler, il suffit de remplir ce formulaire et cliquer pour de l'amour. Capture d'écran de #DateAnIncel

On nous livre ensuite le témoignage de Rebecca, une femme (réelle?) de 32 ans qui «cherchait un moyen de contribuer à résoudre les problèmes du monde avec amour, intégrité et humilité». Célibataire depuis quelques années, une amie lui a conseillé le site. Et là, miracle, après trois mois de chat avec Brad, ils se sont rencontrés et elle témoigne: «Je savais instantanément que Brad était l'homme que j'aimais. Je savais que je pouvais l'aider et qu'en l'aidant, j'utilisais ma vie romantique comme un signe d'une meilleur avenir». L'application étant en ligne depuis moins d'une semaine, mais leur rencontre vieille de trois mois, on peut douter de la véracité des propos relayés.

James Kosur, reporter à Chicago s'est très vite indigné: «Il y a maintenant un site de rencontre pour les Incels. C'est un groupe d'hommes violents qui pensent que violer et frapper des femmes est OK. #DateAnIncel n'est même pas une parodie. Plusieurs d'entre eux sont liés à des tueries. WTF»

Qui sont-ils?

Les «Incels» se sont regroupés en communauté, majoritairement à travers le site Reddit. Ils nomment Stacey les belles femmes et Chad leurs équivalents masculins. Évidemment les Stacey sortent avec les Chad et négligent les «Incels», suscitant la frustration de ces derniers qui auraient donc bien raison de se venger en harcelant, violant, tuant, etc.

Un internaute a tout de même réussi à identifier un avantage à l'existence de #DateAnIncel: «Un point positif est que les femmes n'ont plus besoin de chercher sur Google des éléments sur un homme avant de le rencontrer. Elles ont juste à vérifier s'il est sur #DateAnIncel et si tel est le cas, fuir, très loin!»

Slate.fr

Newsletters

Comment une statue sataniste s’est-elle retrouvée au coeur d’un débat américain?

Comment une statue sataniste s’est-elle retrouvée au coeur d’un débat américain?

La statue représente Baphomet, sorte de Satan androgyne à tête de bouc.

William Masters et Virginia Johnson: grandeurs et décadence des Masters of sex

William Masters et Virginia Johnson: grandeurs et décadence des Masters of sex

Ils furent les premiers scientifiques à observer des gens avoir des rapports sexuels. Et ça a tout changé.

Optez pour le télétravail, votre patron vous remerciera

Optez pour le télétravail, votre patron vous remerciera

Une étude de l’université de Stanford a montré que travailler depuis chez soi était bénéfique pour vous mais aussi pour votre entreprise.

Newsletters