Politique

La PMA pour toutes mettrait fin à «une discrimination terrible», juge Barbara Pompili

Temps de lecture : 2 min

La députée LREM de la Somme se dit favorable à son ouverture d'accès aux femmes lesbiennes et célibataires.

Barbara Pompili | Capture écran france info
Barbara Pompili | Capture écran france info

Invitée de L'Instant politique sur France info jeudi 6 juin, Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et présidente LREM de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale, a soutenu que Nicolas Hulot devait rester au gouvernement, même si elle concède qu’il «faut avancer un peu plus vite sur la transition écologique». Interrogée sur le report de l’interdiction du glyphosate, l'élue «regrette» et reconnait qu’il «y a eu des pressions». Pour elle, «on a perdu une occasion».

Barbara Pompili s'est dite «favorable à la PMA pour toutes», expliquant que la situation actuelle relevait d'une «discrimation terrible», à laquelle s'ajoute «une discrimination économique car seules les femmes qui ont les moyens vont à l'étranger pour le faire».

Interrogée par Slate (à 7') sur la loi ELAN, mettant fin à l’obligation de construction de 100% de logements neufs accessibles aux handicapés, la députée a assuré ne pas vouloir «qu’il y ait de discriminations supplémentaire pour les personnes handicapées».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Elne se situe dans le Languedoc-Roussillon, à environ 200 kilomètres de Barcelone.

Comment une statue sataniste s’est-elle retrouvée au coeur d’un débat américain?

Comment une statue sataniste s’est-elle retrouvée au coeur d’un débat américain?

La statue représente Baphomet, sorte de Satan androgyne à tête de bouc.

Si vous comptiez acheter une maison en Nouvelle-Zélande, c’est trop tard

Si vous comptiez acheter une maison en Nouvelle-Zélande, c’est trop tard

Les étrangers sont accusés de faire grimper les prix de l'immobilier.

Newsletters