Monde

Des rats déminent le Mozambique

Temps de lecture : 2 min

Au Mozambique, une ONG a trouvé un moyen bon marché de déminer des terrains avec une grande efficacité sans avoir recours aux méthodes habituelles, détecteurs de métaux et autres chiens dressés: des rats démineurs.

Loin d'être des kamikazes, le faible poids des animaux leur permet de passer sur les mines sans les déclencher (il faut environ 5kg pour les faire exploser, ils en pèsent trois fois moins). Leur entraînement, qui coûte 6.000 euros (quatre fois moins coûteux que celui d'un chien) leur apprend à distinguer le déclic des mines et à alerter les dresseurs.

C'est un ingénieur mécanique belge qui a eu l'idée du dispositif «en lisant un article sur les gerbilles qui détectent des explosifs grâce à leurs dons olfactifs». Il a basé son ONG, APOPO, en Afrique car c'est le continent où les mines font le plus grand nombre de victimes.

Au Mozambique, c'est une guerre civile de seize ans qui a laissé derrière elle des milliers de mines anti-personnelles. APOPO a déjà déminé un million de mètres carrés dans le pays, et la pays espère désormais s'être complètement débarrassé du fléau en 2014.

[Lire l'article complet sur France 24]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Mine, U.S. Army Materiel Command, Flickr, CC

Newsletters

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Les mineurs demandeurs d'asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l'agence de contrôle de l'immigration.

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Newsletters