Boire & manger

12 bons restaurants à Paris sans vous ruiner

Temps de lecture : 5 min

Voici 12 restaurants à moins de 25 euros.

Au restaurant Rural by Marc Veyrat, tartiflette façon Marc Veyrat | © ruralbymarcveyrat
Au restaurant Rural by Marc Veyrat, tartiflette façon Marc Veyrat | © ruralbymarcveyrat

La crise aidant, nombre de chefs et de restaurateurs affichent des menus abordables, surtout au déjeuner et dans de beaux quartiers. Suivez le guide gastronomique.

Rural by Marc Veyrat

À l’entrée du Palais des Congrès, le savoyard au chapeau noir a mobilisé une brigade de cuisiniers formés aux spécialités montagnardes et d’ailleurs qui tiennent au corps: le potage paysan printanier souffle au lard fumé, la salade de chou et lentilles, les terrines charcutières ou légumières de la maison Verot, la truite du Léman sauce noisette, le poulet fermier à la crème et riz piémontais, les quenelles de brochet à la verveine et le gâteau de Savoie aux myrtilles sauvages au milieu d’un généreux buffet de gâteries. Tout cela sent bon la campagne et les nourritures d’hier servies dans un cadre de ferme aux boiseries de là-bas. Une réussite indéniable pour toutes les classes sociales et les bons mangeurs du secteur.

Au restaurant Rural by Marc Veyrat, chausson au reblochon fermier | © ruralbymarcveyrat

2 place de la Porte Maillot 75017 Paris. Tél.: 01 72 69 03 03. Menus au déjeuner à 25 euros et 30 euros. Pas de fermeture.

Bourgogne Sud

Toutes les recettes ancestrales du Mâconnais sont proposées dans cette brasserie envahie au déjeuner par de sérieux palais en quête d’émotions gourmandes transmises par l’œuf meurette au Juliénas, la quenelle Nantua, le paleron de bœuf à la bourguignonne, l’andouillette sauce moutarde, le sorbet cassis au Marc et des vins de pinot noir et de chardonnay dénichés par le propriétaire, bon dégustateur. On mange la vérité comme disait Alain Chapel, le Mozart de Mionnay dont l’auberge chère à Utrillo a été transformée en table italienne (ouverture après l’été). La Bourgogne à Paris, voilà une excellente adresse.

14 rue de Clichy 75009 Paris. Tél. 01 48 74 51 27. Menus au déjeuner à 18,90 et 26,50 euros. Fermé samedi et dimanche au déjeuner, ouvert le dimanche soir.

Gallopin

Ce restaurant proche de la Bourse au décor de boiseries, stucs et vitraux de la fin du XIXe siècle baigne dans son jus, bien conservé par Mathieu Bucher, fils du grand aubergiste Jean-Paul Bucher disparu trop tôt. On sert tous les jours l’Oreiller de la Belle Aurore riche de ris de veau, foie gras, gorge de veau et porc : une merveille feuilletée (17 euros) venue de la nuit des temps qu’il faut avoir savourée. On peut commencer par le foie gras de canard puis suivre avec le haddock aux épinards et beurre blanc ou le filet de bœuf au poivre, frites et terminer par les profiteroles au chocolat. Galopin de bière pour la soif et bon choix de vins au verre. Une adresse rare.

Au restaurant Gallopin, l'Oreiller de la Belle Aurore | © LeGallopin

40 rue Notre-Dame-des-Victoires 75002 Paris. Tél.: 01 42 36 45 38. Formule déjeuner et dîner à 22 et 29 euros. Pas de fermeture.

Le Bar à Sushi Izumi

Un restaurant japonais géré le chef Kazuhiro Takahashi, un maître des sushis faits à la seconde, fraîcheur et goûts bien présents. À côté des deux sushis au saumon bio et au thon rouge figurent des préparations franco-nippones comme le tartare saumon avocat et huile de sésame, la salade de poulpe wakamé/concombre et le carpaccio de bar sauce ponzu. Sorbet au yuzu et glace au thé vert. Très peu de couverts.

Chirashi Izumi | © 55batignolles

55 boulevard des Batignolles 75008 Paris. Tél.: 01 45 22 43 55. Menus sushis à partir de 17,50 euros au déjeuner. Fermé dimanche et lundi.

Yoom Dim Sum

C’est le premier restaurant Dim Sum (bouchées chinoises) inventé par Mikaël Petrossian et Benoît Guilbeau qui ont appris à Hong Kong l’art de mouler ces tapas de là-bas aux légumes si à la mode et aux de saveurs croquantes. Aussi la soupe thaïe au curry et les raviolis de crevettes au gingembre, le bœuf charolais en dim sum au basilic thaï et les boules de riz gluant. Dépaysant et bien fait. Prix aimables.

20 rue des Martyrs 75009 Paris. Tél.: 01 56 92 19 10. Menus au déjeuner à 15 euros et 21 euros (végétarien). Pas de fermeture.

La Petite Sirène de Copenhague

Le chef danois Peter Thulstrup est passé par le Copenhague à Paris, la Tour d’Argent et le Crillon, et les poissons des mers du Nord ont forgé chez lui une créativité étonnante. Ainsi faut-il goûter les harengs marinés, le dos de saumon à l’unilatérale, le saumon fumé impérial et l’omelette norvégienne flambée à la framboise. Une ambassade bien tenue où l’aquavit et la bière blonde accompagnent ce festival locavore bienvenu.

47 rue Notre-Dame-de-Lorette 75009 Paris. Tél.: 01 45 26 66 66. Menus au déjeuner à 25 euros, 35 et 41 euros au dîner. Fermé samedi midi, dimanche et lundi.

La Casa di Sergio

À deux pas de la Porte des Ternes, cette trattoria typique du signor Sergio fait défiler les ritournelles de la mamma, charcuteries assorties. Les penne all’arrabiata, les rigatoni au fromage et pesto, les spaghetti alla bolognese ou vongole, le risotto aux fruits de mer, entre autres, et la pizza calzone pour les enfants. Accueil chaleureux et prix serrés.

À la Casa di Sergio, carpaccio de bœuf, roquette, parmesan et citron | © LaCasadiSergio

77 avenue des Ternes 75017 Paris. Tél.: 01 44 09 99 06. Menus au déjeuner à 18 et 22 euros. Pas de fermeture.

L’Écailler du Bistrot

Bertrand Auboyneau, le pape des bonnes adresses de cette rue du XIe arrondissement pour gourmets connaisseurs, a créé ce spot marin où les huîtres et les coquillages voisinent avec des poissons nobles, la sole, le homard… et les frites. Il y a des merveilles comme les couteaux tièdes et les rouleaux de printemps farcis de homard et le Paris-Brest en conclusion. C’est plein tous les soirs.

Homard frites | L'Écailler du Bistrot

22 rue Paul Bert 75011 Paris. Tél.: 01 43 72 76 77. Menu au déjeuner à 19 euros. Carte de 50 à 65 euros. Le homard à 60 euros. Fermé dimanche et lundi.

Mori Venice Bar

Au restaurant Mori Venice Bar, risotto Vialone | © morivenicebar

Cette enseigne vénitienne parmi les meilleures de la Botte à Paris est tenue par Massimo Mori, le maestro de la cucina italiana, il offre au déjeuner des plats du jour parfaitement envoyés comme le risotto à l’encre de seiche, le tartare de thon rouge aux câpres, les raviolis del pin (faits main) à la ricotta et une coupe de sorbets ensorcelants. Le soir, récital du vin en hommage à la Sérénissime.

Au restaurant Mori Venice Bar, tagliatelles poêlées aux asperges vertes | © morivenicebar

27 rue Vivienne 75002Paris. Tél.: 01 44 55 51 55. Plats le midi à 25 euros. Menus à 44 et 60 euros. Fermé dimanche.

La Cavallina

En face de Saint-Philippe-du-Roule, Giuseppe Mancuso et ses deux fils Grégory et Sébastien veillent sur cette trattoria basique archi bondée au déjeuner où la pasta est reine et les légumes grillés à la mozzarella di buffala (la seule vraie). Piccata de veau au citron et tiramisu opulent se dégustent avec plaisir, sans prétention à l’excellence. Pas donné le soir.

Au restaurant La Cavallina, spaghetti vongole | © Lacavallina

125 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris. Tél.: 01 42 25 34 79. Menu au déjeuner à 19 euros. Carte de 45 à 65 euros. Pas de fermeture.

Pierre Sang on Gambey

Prince d’Oberkampf aux adresses en vue du secteur, le chef créateur pierre Sang a aménagé cette table atelier et réjouit ses fidèles de plats originaux: burrata au velouté d’asperges, cabillaud au pak choï, brocolis à la poitrine de cochon au gingembre, crémeux chocolat blanc et menu surprise du chef. De l’avenir et de la créativité raisonnée.

6 rue Gambey 75011 Paris. Tél.: 09 67 31 96 80. Menus au déjeuner à 20 et 25 euros, cinq plats à 35 euros. Salon. Pas de fermeture. Autre adresse: 55 rue Oberkampf.

Evi Evane Mézès

Mézès au restaurant Evi Evane | © Dina Nikolaou

Dina Nikolaou, la grande cuisinière grecque et sa sœur Maria, en salle, ont ouvert cette petite boîte toute en longueur où l’on mitonne des mézès de là-bas. Un véritable récital de boulettes, de brochettes, de mini plats de poissons ou de viandes et un burger extra à l’oignon et frites. Moussaka d’anthologie (13 euros), taboulé vert et pâtisseries à emporter. Additions légères, autour de 20 euros, et un verre de rosé à 5 euros. Coude-à-coude fraternel et public féminin. Frais et goûteux.

Salade grecque au restaurant Evi Evane | © Dina Nikolaou

66 rue Mazarine 75006 Paris. Tél.: 01 77 18 79 76. Menu à 16,90 euros. Fermé dimanche.

Nicolas de Rabaudy

Newsletters

Chaque année, la nation hongroise s'incarne dans un nouveau gâteau

Chaque année, la nation hongroise s'incarne dans un nouveau gâteau

Le 20 août, pour la fête nationale, les Hongrois découvrent le «gâteau de l'année», recette élue par des experts que tous les pâtissiers du pays vont ensuite reproduire, dans une opération marketing bien huilée.

Comment le chocolat noir est-il devenu un produit sain?

Comment le chocolat noir est-il devenu un produit sain?

On peut dire merci à Mars, entre autres.

Les Américains ne connaissent rien au rosé, mais en ont fait un mode de vie

Les Américains ne connaissent rien au rosé, mais en ont fait un mode de vie

Avant d'être un vin, le rosé est un «lifestyle» photogénique et décadent.

Newsletters