Société

Pendant le ramadan, des non-musulmanes se voilent par solidarité

Temps de lecture : 2 min

Le «Ramadan hijab challenge», 30 jours pour «mieux comprendre le quotidien des femmes voilées».

Une femme voilée  | Rawpixel via Unsplash CC License by
Une femme voilée | Rawpixel via Unsplash CC License by

Intiative de l'ONG World Hijab Day, le «Ramadan hijab challenge» invite des non-musulmanes à porter le voile pendant le mois du ramadan en solidarité avec les musulmanes victimes de discrimination.

«Cet événement est pour celles qui veulent expérimenter le port du voile plus d'une journée afin de tenter de comprendre ce que les femmes musulmanes vivent tous les jours», a expliqué Nazma Khan, Américaine d'origine bangladaise, présidente et fondatrice de l'organisation, à Al Jazeera.

Le but affiché est de rassembler les communautés et de lutter contre les stéréotypes. Cette même organisation invite aussi les femmes à se couvrir dans le cadre de la journée mondiale du voile, chaque 1er février.

À LIRE AUSSI Être musulman en France

Athées et catholiques

Pamela Zafred, 18 ans, brésilienne et athée, a raconté sur Twitter comment s'est passé son premier jour du challenge:

«Jour 1 du #Hijab30 : mon expérience m'a fait me sentir très mal! J'ai eu l'impression que tout le monde me regardait de travers, certains faisaient des blagues. Mes cours se déroulaient en groupes aujourd'hui, et quand le professeur a réparti les élèves, personne ne voulait se mettre avec moi.»

La plus jeune participante a onze ans. Elle est catholique et britannique mais vit au Qatar. Sa participartion à l'opération a été plutôt bien accueillie par ses camarades de classe de cinquième.

Toucher le public

Si certains non-musulamans choisissent de participer à l'opération en jeûnant, selon Nazma Khan, citée par Al Jazeera, porter le hijab en solidarité aurait un plus grand impact en terme de visibilité dans la société.

En 2015, des étudiants de Science Po Paris avaient importé le «Hijab Day» en France en proposant aux volontaires de se voiler le temps d’une journée, pour «mieux comprendre l’expérience de la stigmatisation vécue par de nombreuses femmes voilées en France», selon les organisatrices. L'initiative avait fait polémique, une partie des étudiants et du personnel politique trouvant l'idée absurde et prosélyte.

Les violences contre les musulmans et musulmanes ont augmenté de 17% aux États-Unis depuis l'année dernière. En France, si les actes contre les lieux de cultes ont diminué, les violences dirigées contre les musulmans se sont accrues.

Slate.fr

Newsletters

Si vous prohibez les chaussures chez vous, ce n’est pas (forcément) par maniaquerie

Si vous prohibez les chaussures chez vous, ce n’est pas (forcément) par maniaquerie

Retirer ses souliers à son domicile et demander à ses convives d’en faire de même n’est pas le signe d’une obsession de la propreté.

L'irrésistible ascension de l'opinion publique

L'irrésistible ascension de l'opinion publique

L’opinion publique est l'un de ces éléments si insérés dans notre environnement qu’ils font partie de notre quotidien. On la retrouve partout, tout le temps et sous différentes formes.

L’avortement de votre fille ne doit pas être un sujet tabou

L’avortement de votre fille ne doit pas être un sujet tabou

L’avortement n’est qu’un choix reproductif, pas une décision morale honteuse.

Newsletters