Politique

Burn-out à l'Assemblée? Plutôt un «gouvernement très mal organisé», estime Fabien Di Filippo

Temps de lecture : 2 min

Macron veut tout faire passer en vitesse avant l'été, dénonce le député Les Républicains.

Fabien Di Filippo | Capture d'écran FTVi
Fabien Di Filippo | Capture d'écran FTVi

Invité de L'Instant politique sur France info mardi 5 juin, Fabien Di Filippo, député Les Républicains de Moselle, s'est exprimé sur les réformes en cours. Concernant celle de la SNCF, il a estimé que «la grève est une conséquence d’une grosse faiblesse sur le dialogue social de ce gouvernement», assénant qu'il faut «dialoguer avec les syndicats».

Réagissant à la publication d’un tract Les Républicains très centré sur l'immigration, Fabien Di Filippo a qualifié le projet d'Emmanuel Macron de «résignation»: «La France abandonne sur beacoup de plans: l'économie, les valeurs républicaines».

Interrogé par Slate (à 7') sur le rythme de travail à l'Assemblée nationale –François de Rugy ayant fustigé une surcharge– Fabien Di Filippo a répondu «adorer ce qu'il fait, tous les jours du lundi au dimanche, de 6h à 23h». Le député LR déplore cependant un travail parlementaire mal organisé: «Le gouvernement présente des textes impréparés, c'est pour ça que vous finissez avec 3.000 amendements».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

Une lecture marxiste du mouvement des «gilets jaunes» n'offre qu’une analyse superficielle de la situation.

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

Trump sert des burgers à la Maison-Blanche: les médias s’affolent. N'ont-ils rien d'autre à se mettre sous la dent?

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Newsletters