Monde

Trump accuse les Démocrates d'être responsables de ses propres mesures anti-immigrés

Temps de lecture : 2 min

Une situation ubuesque.

Une manifestation contre la politique migratoire de Trump le 5 juin 2018 à Chicago. | Scott Olson / AFP
Une manifestation contre la politique migratoire de Trump le 5 juin 2018 à Chicago. | Scott Olson / AFP

À deux reprises ces dernières jours, le président Donald Trump a accusé les élus Démocrates d'être responsables de la séparation des familles d'immigrés à la frontière avec le Mexique, une mesure que l'administration Trump a mise en place en 2018.

Depuis qu'il a été révélé que les autorités avaient séparé des centaines d'enfants de leurs parents migrants ou demandeurs et demandeuses d'asile, l'opposition Démocrate accuse l'administration Trump de cruauté. L'organisation de défense des droits civiques ACLU a lancé une procédure juridique pour faire cesser les séparations et l'ONU les a officiellement condamnées.

Le chef de cabinet de la Maison-Blanche, John Kelly, avait défendu cette politique en disant qu'il s'agissait d'une forme de dissuasion. Mais comme il est difficile de défendre une pratique consistant à séparer les familles, avec des cas de bébés arrachés des bras de leurs mères, Trump n'assume pas et accuse les Démocrates d'être responsables.

Ainsi, il écrivait sur Twitter le 26 mai:

«Faites pression sur les Démocrates pour mettre fin à l'horrible loi qui sépare les enfants de leurs parents une fois qu'ils traversent la frontière»

Ii n'y a pourtant pas d'«horrible loi» dont seraient responsables les Démocrates. Ce qui a changé, c'est que le ministre de la Justice de Trump, Jeff Sessions, a décidé que tous les migrants et migrantes qui passeraient la frontière illégalement, même en demandant l'asile, seraient inculpés. Avant cela, ce genre de cas était traité par des tribunaux administratifs d'immigration, et les personnes étaient placées en centre de rétention en attente de jugement ou d'expulsion. Avec la nouvelle politique Trump, les adultes sont inculpés et vont dans le système carcéral, alors que leurs enfants restent dans des centres de rétention.

Sessions avait clairement expliqué la démarche début mai:

«Si vous faites venir un enfant illégalement, nous allons engager des poursuites contre vous, et nous vous séparerons de cet enfant, probablement, comme la loi le requiert. Si vous ne voulez pas être séparé de votre enfant, alors ne traversez pas illégalement la frontière avec elle ou lui.»

Malgré cette déclaration venant de son propre ministre, Trump a de nouveau faussement accusé les Démocrates dans un tweet du 5 juin:

«La séparation des familles à la frontière est la faute de mauvaises lois votées par les Démocrates»

Newsletters

«Biden ne fera rien pour nous»: de Hong Kong à Taïwan, ces fans de Trump déçus

«Biden ne fera rien pour nous»: de Hong Kong à Taïwan, ces fans de Trump déçus

Tout au long de son mandat, Donald Trump a amassé un bon nombre de supporters en Asie de l'Est, qui ne sont pas prêts à le laisser partir.

Besoin de soleil ?  Cap sur la Martinique

Besoin de soleil ? Cap sur la Martinique

Oubliez la grisaille et les jours d’isolement en métropole et profitez du mois de décembre pour vous évader au-delà des mers sans franchir de frontière.

Comment va se passer le dernier Thanksgiving de l'ère Trump?

Comment va se passer le dernier Thanksgiving de l'ère Trump?

Cette semaine, enfin un peu de calme et de silence en provenance des États-Unis, et ce pour deux raisons: d'une part, Trump a enfin accepté de lancer le processus de transition vers l'administration Biden, et puis surtout, c'est Thanksgiving. Ce...

Newsletters