Politique

«Ça ne m'aurait absolument pas dérangé de porter un uniforme à l'école», assure le député LREM Hervé Berville

Temps de lecture : 2 min

Hervé Berville estime qu'un type de vêtement unique n'est dommageable «ni pour les parents, ni pour les enfants».

Hervé Berville | Capture écran france info
Hervé Berville | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info lundi 4 juin, Hervé Berville, député LREM des Côtes-d'Armor, a soutenu l'idée d'un service national obligatoire. Ce dernier peut, selon lui, «permettre à un certain nombre de jeunes de s'engager et de se rencontrer», opérant ainsi un «brassage nécessaire» dans notre société.

Interrogé sur sa première année de mandat, celui qui est aussi porte-parole du groupe parlementaire La République en marche à l'Assemblée nationale a reconnu qu'il y avait des moments «où on aimerait que ça aille plus vite» tout en insistant sur le caractère «passionnant» de sa mission.

À la question de Slate (7'50) –«Mamoudou Gassama va être régularisé. On apprenait lundi qu’un autre sans-papier, tunisien, qui a sauvé deux enfants d’un incendie en 2015, est sommé de quitter la France. Pourquoi cette différence?»– Hervé Berville a répondu qu'il appartenait «aux services compétents de l'étudier», avec «la même impartialité» que les autres demandes.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

 Les «gilets jaunes» ne prônent pas tant la lutte des classes que l’antiparlementarisme

Les «gilets jaunes» ne prônent pas tant la lutte des classes que l’antiparlementarisme

Une lecture marxiste du mouvement des «gilets jaunes» n'offre qu’une analyse superficielle de la situation.

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

Trump sert des burgers à la Maison-Blanche: les médias s’affolent. N'ont-ils rien d'autre à se mettre sous la dent?

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Newsletters