Allemagne / Monde

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Temps de lecture : 2 min

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Espions en mission | Martin Fisch via Flickr CC License by
Espions en mission | Martin Fisch via Flickr CC License by

Pendant six saisons, la série The Americans a mis en scène la vie d'un couple fictif d'espions du KGB jonglant entre amour et mission. Pour les services secrets soviétiques, envoyer des couples en mission d'espionnage était surtout un casse-tête opérationnel.

C'est pour cela que la Stasi, filiale du KGB en Allemagne de l'Est, avait édité un manuel, découvert par le chercheur américain Alex Bollfrass. Si la plupart des archives de la Stasi ont été brûlées sur demande expresse des Soviétiques, quelques secrets ont survécu, nomment ce manuel titré Les questions essentielles d'orientation, éducation et qualifications des résidents. Il montre que les couples d'espions étaient autant entraînés et sélectionnés pour leurs compétences techniques que pour la force de leur mariage.

Surveillance jusque dans le lit

Le manuel commence ainsi: «[Les époux] doivent mener la lutte clandestine contre l'impérialisme à tout moment, en utilisant leur être tout entier et leurs capacités». Seuls les communistes les plus loyaux et loyales pouvaient prétendre au job.

Pour les recruteurs, il était nécessaire de tout savoir et de collecter des données sur l'ensemble de la vie maritale des couples. Il fallait être sûr de «l'harmonie et de la stabilité» du couple. Il était vivement conseillé aux instructeurs de collecter des donnés sur la vie sexuelle du couple d'espions, allant jusqu'à inclure si «les deux partenaires sont satisfaits». Le manuel sommait également de surveiller les candidats et candidates dans leur appartement, de lire leurs échanges de courriers. Tout en s'inquiétant d'une vie sexuelle épanouie, celle-ci ne devait jamais déboucher sur une grossesse, les espions devant «renoncer au souhait naturel d'enfanter».

L'entraînement des couples

Le recrutement commençait systématiquement par les hommes rejoints, plus tard, par leur épouses. Au début de l'entrainement, les nouveaux officiers étaient endoctrinés à effectuer des opérations de défense, en apprenant les bases du métier: identité secrète, surveillance. Tout cela sous la tutelle des instructeurs de Stasi, qui jugeaient de la détermination du résident. Les épouses servaient comme subordonnées, jamais comme officiers. Le manuel ne mentionne pas si l'harmonie du couple aurait pu en pâtir.

Par la suite, les instructeurs s'attelaient à gommer les contradictions entre la personnalité du couple candidat et son futur rôle, à développer sa volonté de déménager à l'Ouest pour accomplir sa mission et enfin à le préparer à accomplir des tâches d'espion.

Ce n'est qu'à la fin de l'entrainement, une fois installés à l'Ouest, que les époux étaient informés qu'ils deviendraient des espions résidents plutôt que des officiers. Les engageant à «dédier leur vie entière au service de la renaissance socialiste». Le couple acceptait ainsi de mourir pour la Stasi.

Slate.fr

Newsletters

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Clap de fin pour Martin Schulz

Clap de fin pour Martin Schulz

Martin Schulz a démissionné mardi soir de la présidence du SPD. Ses adversaires comme les membres de son parti l'ont fermement poussé vers la sortie.

Newsletters