Parents & enfants

Au Royaume-Uni, les plus pauvres n’ont pas le droit d’assister aux funérailles de leurs proches

Temps de lecture : 2 min

Même la mort a un prix.

Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables. | Madison Grooms via Unsplash License by

Au Royaume-Uni, le coût moyen des obsèques avoisine les 4.500 euros (contre 2.632 euros en moyenne en France pour une inhumation) euros–une somme bien trop élevée pour les plus pauvres. Ainsi, les administrations locales proposent des «public health funerals», des services funéraires gratuits pour les personnes qui ne sont pas en mesure de payer.

Une journaliste s'est infiltrée au sein du conseil de Bracknell Forest (autorité unitaire faisant partie du comté de Berkshire) pour le quotidien britannique The Sunday Times. Cette dernière s'est présentée comme une proche d'une personne défunte bénéficiant du service de funérailles gratuits. Elle a découvert que les familles ayant recours au «public health funerals» n’ont pas le droit d’assister aux obsèques de leurs proches. D'après The Independent, qui relaye l'enquête, l'administration locale de Bracknell Forest n'informerait même pas les familles de la date de l’enterrement ou de la crémation.

«Personne n’a le droit d’assister aux obsèques. Les proches ne sont pas non plus autorisés à garder les cendres de la personne défunte.», explique un des responsables du conseil local – propos rapportés par la journaliste infiltrée.

Quand la mort a un prix

«Cette interdiction serait un moyen pour les administrations locales de limiter les dépenses. Ce serait aussi un moyen de décourager certaines familles d’utiliser ces services funéraires gratuits –à moins qu’elles n’aient vraiment pas le choix», écrit the Independent.

Au Royaume-Uni, près de 4.000 personnes sont enterrées ou incinérées via ce service de funérailles gratuits –soit un total de 4,5 millions d’euros engagés par les administrations locales. Le conseil Bracknell Forest ne serait pas le seul à interdire aux familles d'assister aux obsèques. Ces pratiques seraient répandues dans tout le Royaume-Uni.

«Notre administration a toujours adopté une politique juste et appropriée concernant ces services funéraires gratuits. Nous nous sommes toujours efforcés de venir en aide aux familles endeuillées. Nous nous sentons concernés par les informations révélées par le Sunday Times. Nous nous emploierons à indiquer plus clairement notre politique concernant ces services. Nous ne refusons en aucun cas le droit de dire adieu à un être cher. Cependant, le conseil Brack Forest ne finance pas de service funéraire standard», a justifé Steve Loudou, responsable environnement au conseil de Bracknell Forest suite à la publication de l'article révélant l’affaire.

Slate.fr

Newsletters

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Aux États-Unis, l'origine ethnique et l'état de santé général sont les deux premiers prédicteurs de morbidité maternelle grave.

L’impact de la Première Guerre mondiale sur l’éducation perdure

L’impact de la Première Guerre mondiale sur l’éducation perdure

On le sait peu, mais les méthodes d'éducation en vogue en ce début de XXIe siècle sont héritières de la Grande guerre.

De la difficulté d’avoir des principes lorsque l’on est parent

De la difficulté d’avoir des principes lorsque l’on est parent

Plaidoyer pour ceux et celles qui n’aiment que les jouets en bois et refusent de laisser leur enfant devant un écran.

Newsletters