Santé / Sciences

«Cette relation était parfaite, jusqu'à ce que je découvre que la femme que j'aime était en couple avec un autre»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Olivier, un homme tombé amoureux d'une femme dont il n'est pas le seul partenaire.

Ériq Ebouaney et Sandrine Bonnaire dans «Une saison en France» de Mahamat Saleh-Haroun (2017) | Capture d'écran via YouTube
Ériq Ebouaney et Sandrine Bonnaire dans «Une saison en France» de Mahamat Saleh-Haroun (2017) | Capture d'écran via YouTube

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Voilà environ deux ans, j'ai commencé une relation sérieuse avec une fille rencontrée au hasard d'une soirée, avec laquelle la connexion fut immédiate. Pendant un an, cette relation était parfaite à tous points de vue, jusqu'à ce que je découvre, par le biais d'une gaffe d'une de ses amies, que la femme que j'aime était en vérité en couple avec un autre, un homme avec lequel elle avait décidé de bâtir un couple libre. J'ai donc découvert que je n'étais que son amant, chose qu'elle m'a confirmé après une inévitable dispute.

Je lui en ai voulu, et je pense d'ailleurs que je lui en veux toujours, de ne pas avoir été dès le début franche sur ce point –primordial, de mon point de vue– et d'être passé pour le dindon de la farce auprès de celles et ceux au courant de la situation.

Mais, étant follement amoureux d'elle, j'ai décidé de passer l'éponge et de m’accommoder de cette situation: je préfère encore la partager que ne plus l'avoir du tout.

Même si ce type de relation m'est parfois pesant, il n'est rien à côté de son attitude depuis que j'ai découvert le pot aux roses, qui me fait réévaluer avec recul notre première année ensemble.

J'ai l'impression de ne pas être plus qu'une simple béquille sur laquelle elle se repose à la moindre contrariété avec son homme, une solution de secours vers laquelle elle se tourne quand son couple bat de l'aile –ce qu'elle m'a d'ailleurs avoué à demi-mot, en me disant qu'elle m'apprécie énormément sans pour autant être amoureuse de moi.

Je pense n'être tombé amoureux que d'une image factice, qu'elle s'est acharné à représenter tant que le mensonge existait et qu'elle ne prend désormais plus la peine d'entretenir.

Même s'il peut parfois rester des bribes de celle que j'ai connu, notamment des élans de tendresse et d'affection qui me retiennent de la quitter, je crains que quelque chose ne se soit définitivement brisé –et d'autant plus depuis cette mise au clair quant à ses sentiments, ou plutôt à son absence de sentiments, à mon égard.

Dois-je prendre mon courage à deux mains et me décider à la quitter, quand bien même cela, je le sais, me ferait énormément souffrir, ou continuer de faire des efforts dans l'espoir –sans doute vain– de voir ses sentiments évoluer un jour plus positivement?

J'avoue ne plus savoir où j'en suis.

Olivier

Cher Olivier,

Tout d’abord, si je suis la première à vivre et à défendre le polyamour pour celles et ceux qui s’en sentent capables, je suis aussi consciente qu’il n’est possible qu’avec un élément indispensable, encore plus que pour les relations monogames: l’honnêteté.

Sans la franchise absolue et le consentement de ses partenaires, l’amour libre et le polyamour ne sont à mon sens que de la tromperie pure et simple, à l’ancienne –ce qui rend votre réaction tout à fait compréhensible.

Vous avez été trompé, votre confiance a été rompue, et même l’image que vous aviez de votre couple a été ébranlée. Votre compagne attend désormais de vous que vous la recomposiez, avec ces nouveaux éléments, comme si cela était facile et comme si vous étiez d’accord. Il est normal que ce ne soit pas si évident.

Permettez-moi tout d’abord de vous dire que, dans mon expérience du polyamour, le deuxième conjoint n’est jamais une roue de secours. Si l’on veut des relations saines, le but n’est pas de s’échapper d’une relation à l’autre quand les choses commencent à barder.

Peut-être suis-je naïve, mais j’imagine que vous n’avez pas été le dindon de la farce pour les amies et amis de votre compagne, qui ont probablement supposé que vous étiez au courant de la situation.

Aussi, je me permets de vous rassurer: oui, c’est possible d’aimer, même de manière différente, deux personnes en même temps. Cela ne veut pas dire que c’est le cas dans votre situation, mais c’est possible. Si votre compagne a partagé deux ans de sa vie avec vous, je doute qu’elle l’ait fait juste pour passer le temps.

Ce dont vous avez besoin aujourd’hui, c’est d’une véritable discussion, sincère et honnête. Sur votre couple, ce qu’il a représenté pour elle pendant ces deux années, et ce que vous –elle et vous– en attendez pour les années futures.

Si la situation de polyamour lui convient, je crois qu’attendre qu’elle se décide à quitter son autre compagnon pour vous me semble illusoire. Mais si elle vous respecte, elle comprendra que votre souffrance doit être entendue, que des excuses sont nécessaires et qu’une reconstruction de votre couple est importante.

Si ce n’est pas le cas, ne continuez pas à vous faire du mal. Et si ces deux ans ne représentent rien de plus pour elle, vous ne la ferez probablement pas changer d’avis en lui sacrifiant deux années de plus.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

William Masters et Virginia Johnson: grandeurs et décadence des Masters of sex

William Masters et Virginia Johnson: grandeurs et décadence des Masters of sex

Ils furent les premiers scientifiques à observer des gens avoir des rapports sexuels. Et ça a tout changé.

Pourquoi les personnes dépressives ont-elles autant de mal à dormir?

Pourquoi les personnes dépressives ont-elles autant de mal à dormir?

La découverte d'une quarantaine de liens neuronaux entre dépression et mauvais sommeil pourrait fournir une partie de la réponse.

Les féministes argentines ont perdu une bataille, mais elles pourraient bien gagner la guerre

Les féministes argentines ont perdu une bataille, mais elles pourraient bien gagner la guerre

Le rejet par le Sénat argentin du projet de loi de légalisation de l’avortement ne sonne pas la fin du combat.

Newsletters