Politique

Macron s'attaque aux dépenses publiques

Temps de lecture : 2 min

Réduire les aides sociales, le sujet divise, même au sein de la majorité.

L’an 2 a commencé pour Emmanuel Macron. Après avoir contenu l'opposition, y compris celle de La France insoumise dont les manifestations peinent à rassembler, après avoir vendu le «En même temps» qui, selon certains et certaines, a disparu, après avoir réformé le code du travail et la SNCF en reprenant la dette, président et gouvernement s’attaquent aux dépenses publiques et interrogent leur efficacité.

Réduire les aides sociales, le sujet divise à tel point que l'on a eu droit à quelques fausses notes cette semaine dans la communication entre les ministres.

Tant que la digue des sondages tient, le semble pouvoir continuer ses réformes. Il avait fondé ses deux actions sur deux piliers, libérer et protéger. Veillera-t-il à ne pas oublier le second? Sur quelles bases peut se reconstituer l’opposition, pour l'instant incarnée principalement par Jean-Luc Mélenchon et ses troupes?

Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, Frédéric Dabi, politologue et directeur général adjoint de l'Ifop et Roland Cayrol, politologue et directeur de recherche associé au Cévipof, en débattent dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

«Bella ciao», de l'hymne antifasciste à TPMP, une défaite de la gauche

«Bella ciao», de l'hymne antifasciste à TPMP, une défaite de la gauche

La reprise de la chanson révolutionnaire italienne sonne-t-elle le glas de la gauche? L’appropriation avérée par le marché de symboles de la gauche contribue à affaiblir celle-ci.

Tout les sépare, mais le pape François et Emmanuel Macron ont beaucoup à se dire

Tout les sépare, mais le pape François et Emmanuel Macron ont beaucoup à se dire

Le président français fera, le mardi 26 juin, la visite traditionnelle au Vatican. Il cherchera à faire bénir son projet de relance européenne et le pape François tentera de convaincre la France de ne pas céder à la vague populiste et anti-migrants.

Trump et le décret qui ne servait à rien

Trump et le décret qui ne servait à rien

Donald Trump voudrait passer pour un bienfaiteur sauveur d’enfants. En réalité, son décret n’empêchera pas la détention de mineurs et mineures, ni les traumatismes qui en découlent. Certains enfants ne reverront jamais leurs parents.

Newsletters