Économie

Martin Hirsch et l'incohérence des salaires des patrons

Temps de lecture : 2 min

Les salaires des patrons reflètent-ils l'excellence de ces derniers? A étudier les rémunérations des dirigeants du Small 90 (l'indice des «petites» capitalisations françaises), la réponse est non pour Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives et Jean Gatty, président d'une société de gestion de portefeuille.

Les 9 actions qui ont le plus progressé depuis 2001 (+640% d'appréciation moyenne) sont celles des 9 patrons les moins bien payés (203.000 euros en 2008) », écrivent-ils dans Les Echos. «A l'autre extrême: les 9 actions les moins performantes (76% de dépréciation moyenne depuis 2001) sont celles des 9 patrons les mieux payés en 2008, avec 675.000 euros en moyenne.

Il y a donc une «déconnection entre les rémunérations et les performances», notent-ils dans leur tribune. A ceux qui protesteraient en disant que le cours de la Bourse n'est peut-être pas le meilleur critère, s'il y en a d'autres, «leur existence ne va pas de soi et devrait être démontrée et mesurée», concluent-ils.

[Lire l'article complet dans Les Echos]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une via Flickr

Newsletters

Pommes de terre, huile, lait: l'Algérie hantée par les pénuries

Pommes de terre, huile, lait: l'Algérie hantée par les pénuries

Alors que les denrées alimentaires de base se font de plus en plus rares, le gouvernement algérien multiplie les mesures drastiques pour tenter de stopper l'hémorragie.

Ce qu'il nous restera du télétravail

Ce qu'il nous restera du télétravail

Organisation du boulot, logement, achat: nos habitudes de vie sont bien parties pour être durablement transformées.

La politique du «quoi qu'il en coûte» a bien sauvé l'économie française

La politique du «quoi qu'il en coûte» a bien sauvé l'économie française

Selon les estimations du Cepremap, les mesures macroéconomiques mises en place à partir de 2020 ont non seulement limité la contraction du PIB, mais également l'augmentation de la dette publique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio