Politique

Pour Christian Estrosi, le débat sur la rémunération des parlementaires «engage vers des populismes»

Temps de lecture : 2 min

Le maire de Nice a choisi la voie en connaissance de cause.

Christian Estrosi, invité le L'Instant politique le 29 mai 2018 | Capture écran france info
Christian Estrosi, invité le L'Instant politique le 29 mai 2018 | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info ce mardi 29 mai, Christian Estrosi a souhaité exprimer sa solidarité avec le gouvernement et la population belges, alors que trois personnes sont mortes dans une fusillade à Liège. Il en a profité pour se déclarer en faveur «d'un isolement total pour les personnes qui risquent d'être radicalisées en prison».

Le maire de Nice s'est également montré très critique envers la Cnil, qui s'est récemment opposée au test d'un dispositif dans sa ville –une application smartphone permettant à une personne de prévenir la police municipale lorsqu’elle était témoin d’une infraction ou d’un fait suspect. «La protection des libertés individuelles, c'est d'abord celles que nous devons à nos concitoyens», estime-t-il.

Christian Estrosi a été interrogé par Slate (à 8'15), partenaire de l'émission, sur le montant de rémunération des parlementaires, un débat qui selon lui «engage vers des populismes». «J'accepte avec la modestie nécessaire ce qui est mis à notre disposition comme moyens pour pouvoir assurer notre train de vie personnel», a ajouté le maire de Nice, précisant qu'il ne resterait pas dans la politique toute sa vie.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

Adrien Quatennens :«Si être populiste c'est être connecté aux volontés populaires, alors pourquoi pas»

Adrien Quatennens :«Si être populiste c'est être connecté aux volontés populaires, alors pourquoi pas»

Le député La France insoumise du Nord a aussi renouvelé son soutien aux grévistes SNCF.

C'était mieux avant

C'était mieux avant

Pour la vice-présidente LR de l'Assemblée, Macron a livré le collégien «à la vindicte de l'opinion»

Pour la vice-présidente LR de l'Assemblée, Macron a livré le collégien «à la vindicte de l'opinion»

Annie Genevard estime que le président a commis «une faute» en publiant la vidéo de son échange avec le jeune homme sur son compte Twitter.

Newsletters