Économie

Emploi : quatre conseils pour être recruté connecté

Temps de lecture : 2 min

Votre futur job se trouve peut-être sur Leboncoin qui propose plus de 60 000 annonces d’emplois. Mais encore faut-il savoir se présenter en ligne.

cdn.pixabay.com/photo/2017/07/31/11/46/laptop-2557586_960_720.jpg
cdn.pixabay.com/photo/2017/07/31/11/46/laptop-2557586_960_720.jpg

En mai, fais ce qu’il te plaît ! Y compris se lancer dans la quête d’un premier ou d’un nouveau job. Le chômage a connu une baisse en ce premier trimestre 2018 et de nombreux secteurs sont en phase de recrutement comme le service à la personne, les métiers liés aux nouvelles technologies ou encore le domaine de l’énergie. C’est le moment ou jamais de lancer votre candidature tous azimuts.

Il semble bien loin le temps où les curriculums vitae soigneusement imprimés étaient envoyés par voie postale et où l’on épluchait les pages des journaux à la recherche d’un job de rêve. Aujourd’hui, qu’on se le dise, c’est en ligne que tout se joue.

Avec Leboncoin - où plus de 60 000 annonces d’emplois sont en ligne dans toute la France - voici quatre conseils pour être recruté connecté. Alternance, stage, CDD et CDI, votre futur job se cache peut-être sur le fameux site d’annonces entre particuliers et professionnels. Mais encore faut-il savoir se présenter. A vos clics, prêts, partez !

Travailler le visuel de son CV

L’habit ne fait pas le moine mais savoir se présenter en ligne est indispensable aux yeux de tout recruteur. Désormais c’est au premier coup d’oeil que l’on estime le sérieux d’une candidature, en observant notamment la mise en page du curriculum vitae.

Traquez les fautes d’orthographe bien évidemment, mais assurez-vous aussi que votre CV tienne sur une page et que l’ensemble soit suffisamment aéré pour être lu facilement. N’oubliez pas d’y inscrire les essentiels : votre numéro de téléphone, mais aussi votre adresse email et, pourquoi pas, un lien vers vos différents réseaux sociaux professionnels.

Soigner son identité virtuelle

Plus d’un tiers des recruteurs utilisent les réseaux sociaux lorsqu’il s’agit d’embaucher des cadres. Définir et soigner votre identité virtuelle est primordial pour faire bonne impression, attirer un chasseur de têtes et booster votre carrière. Sur les réseaux sociaux professionnels, n’hésitez pas à ajouter régulièrement des contacts afin d’agrandir votre cercle de relations.

Pensez-aussi à poster vos actualités ou des articles de presse qui concernent votre secteur d’activité. Un bon moyen pour se faire remarquer. Enfin, n’hésitez pas, si ce n’est déjà fait, à vous inscrire sur Twitter et à «suivre» les comptes de personnalités en rapport avec votre domaine de compétences. Cette veille constante vous permettra peut-être même de tomber un jour sur une annonce d’embauche.

Personnaliser sa candidature 2.0

Le numérique a l’avantage de pouvoir personnaliser sa candidature au plus près des attentes du recruteur. En quelques clics, vous pouvez précisément enquêter sur l’entreprise visée, repérer l’organigramme de la direction pour savoir qui contacter et écrire la lettre de motivation la plus adaptée.

Vous pouvez aussi profiter de la diversité des réseaux sociaux pour faire preuve d’originalité. Dans le cas de postes créatifs, pourquoi ne pas envoyer une vidéo au montage soignée où vous présentez vos compétences ? Ou interpeller un recruteur directement sur Twitter, si cela vous semble opportun.

Gare au faux pas numérique

Si les réseaux sociaux sont pleins de ressources pour booster votre profil, ils peuvent aussi vous jouer des mauvais tours. Avant de vous lancer dans un processus de recrutement, assurez-vous de nettoyer les traces de votre vie étudiante ou de votre adolescence sur Facebook et Instagram! Si jamais certaines recherches Google dirigent un fin limier vers votre vieux skyblog, vous pouvez utiliser votre droit à l’oubli.

Enfin, lors de vos envois de mails ou lors de vos contacts sur Leboncoin, prenez toujours le temps de vous relire et de vérifier que vous envoyez bien votre candidature à la bonne personne. Un mauvais clic est si vite arrivé et pas moyen ensuite de revenir en arrière. Mieux vaut prévenir que guérir!

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Une attitude «fort regrettable», a commenté sa direction.

Les pourboires aux États-Unis, un paradoxe économique

Les pourboires aux États-Unis, un paradoxe économique

Faut-il les conserver ou les supprimer?

Le télétravail, d'abord un défi culturel?

Le télétravail, d'abord un défi culturel?

Travailler depuis son domicile ou un espace de coworking: une pratique de plus en plus répandue. Pour les salariés et les salariées, c'est une solution pour réduire le temps perdu en trajets et profiter, souvent un jour par semaine, du confort du...

Newsletters