Politique

Macron, un monarque républicain?

Temps de lecture : 2 min

Un an après son élection, l'écrivain et ami du président Philippe Besson le voit toujours comme «un personnage de roman».

Cela fait un an qu'Emmanuel Macron est à L'Élysée. Son bilan ne peut être que provisoire. On connaît assez peu l'homme, qui n'a pas de mentors ou semble les avoir oubliés. On le dit monarque républicain, guetté par la solitude du pouvoir, étiqueté président des riches et sourd à la France qui souffre –son discours sur les banlieues ne va pas arranger cette perception.

Certes des écrivains l'ont nourri et un philosophe –Paul Ricoeur– l'a inspiré. On en a appris un peu plus sur ses goûts littéraires et sa conception de l’exercice du pouvoir dans l'entretien qu'il a accordé à La Nouvelle Revue française.

L'écrivain Philippe Besson, lui, voit le président comme un personnage de roman –titre de son livre sorti au lendemain de l'élection en 2017. Il a connu Emmanuel Macron bien avant qu'il ne se déclare candidat.

Après la visite du président à Saint-Pétersbourg ces derniers jours, il est intéressant d'en relire certains passages. Page 105, Philippe Besson lance: «Tu t'imagines face à Trump? à Poutine?»

Réponse du futur président: «J'aurai la légitimité démocratique. La France est présente sur des terrains d'opérations, elle est en lutte et ça va durer longtemps. La gauche est prisonnière de son droit de l'hommisme, elle fait de la morale sans avoir la main, cela donne la Syrie. Et à droite on a des Bismarck aux petits pieds fascinés par Poutine et dépourvus de toute vision européenne. On n'ira pas loin avec ça; moi je poserai des questions simples: quels sont nos intérêts et où sont nos alliés?»

La Russie, Donald Trump, la question de la présidence verticale, l'opinion publique... sont les thèmes débattus par Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, Jean-Michel Djian, journaliste, politologue et fondateur du festival Politicos, et Philippe Besson dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

Une lecture marxiste du mouvement des «gilets jaunes» n'offre qu’une analyse superficielle de la situation.

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

Trump sert des burgers à la Maison-Blanche: les médias s’affolent. N'ont-ils rien d'autre à se mettre sous la dent?

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Newsletters