Égalités / Monde

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Temps de lecture : 2 min

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Des écoliers du Cachemire, en août 2016. | TAUSEEF MUSTAFA / AFP
Des écoliers du Cachemire, en août 2016. | TAUSEEF MUSTAFA / AFP

Au Nord de l'Inde, dans l'État de Jammu-et-Cachemire, le nombre de jeunes filles qui cessent d'aller à l'école a grimpé durant l'année 2016-2017, rapporte le Sunday Guardian. En cause, le récent regain des tensions dans cette région, disputée depuis plus de 70 ans entre l'Inde et le Pakistan.

L'année dernière, le taux moyen d'abandon scolaire à Jammu-et-Cachemire a augmenté par rapport à 2015-2016, atteignant les 10,5%. Mais les jeunes filles semblent davantage touchées par ce phénomène: 11,3% d'entre elles ont quitté l'école en 2016-2017, révèle un représentant du ministère de l'Éducation.

Selon les premières enquêtes de l'institution, cette hausse résulterait principalement de la reprise du conflit dans la région, depuis l'automne 2016. Certaines écolières ont en effet cessé de se rendre en classe parce qu'un membre de leur famille avait été blessé, ou parce que leurs parents ne voulaient plus les laisser y aller, liste le Sunday Guardian. «Nous avons peur d'aller à l'école ou à l'université, témoigne une étudiante, et nos parents s'inquiètent davantage de notre sécurité que de notre éducation.»

En outre, durant ces derniers mois, entre les couvre-feux et les grèves, de nombreuses écoles de la vallée du Cachemire ont gardé leurs portes fermées la majeure partie du temps. Le ministère de l'Éducation se dit inquiet de la situation, et assure vouloir trouver les moyens pour remettre ces jeunes filles sur le chemin de l'école.

Selon France Culture, 2017 a été l'année la plus meurtrière pour le Cachemire en dix ans.

Slate.fr

Newsletters

Le problème de la crème solaire sur les peaux foncées

Le problème de la crème solaire sur les peaux foncées

Beaucoup de protections solaires ne sont pas adaptées aux peaux non-blanches.

«Les six derniers mois de ma vie ont été un putain d'enfer»

«Les six derniers mois de ma vie ont été un putain d'enfer»

«Je voulais photographier des gens comme moi, des personnes agressées il y a des années mais qui ont encore des ramifications et ne font que commencer à y faire face», explique Kate Ryan. Depuis octobre 2017, cette photographe américaine se...

À Palm Springs, un conseil municipal 100% LGBT+

À Palm Springs, un conseil municipal 100% LGBT+

La ville californienne est un refuge historique pour la communauté LGBT+, à laquelle appartient la moitié de la population et, depuis janvier 2018, l'ensemble des élues et élus siégeant à la mairie.

Newsletters