Égalités / Monde

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Temps de lecture : 2 min

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Des écoliers du Cachemire, en août 2016. | TAUSEEF MUSTAFA / AFP
Des écoliers du Cachemire, en août 2016. | TAUSEEF MUSTAFA / AFP

Au Nord de l'Inde, dans l'État de Jammu-et-Cachemire, le nombre de jeunes filles qui cessent d'aller à l'école a grimpé durant l'année 2016-2017, rapporte le Sunday Guardian. En cause, le récent regain des tensions dans cette région, disputée depuis plus de 70 ans entre l'Inde et le Pakistan.

L'année dernière, le taux moyen d'abandon scolaire à Jammu-et-Cachemire a augmenté par rapport à 2015-2016, atteignant les 10,5%. Mais les jeunes filles semblent davantage touchées par ce phénomène: 11,3% d'entre elles ont quitté l'école en 2016-2017, révèle un représentant du ministère de l'Éducation.

Selon les premières enquêtes de l'institution, cette hausse résulterait principalement de la reprise du conflit dans la région, depuis l'automne 2016. Certaines écolières ont en effet cessé de se rendre en classe parce qu'un membre de leur famille avait été blessé, ou parce que leurs parents ne voulaient plus les laisser y aller, liste le Sunday Guardian. «Nous avons peur d'aller à l'école ou à l'université, témoigne une étudiante, et nos parents s'inquiètent davantage de notre sécurité que de notre éducation.»

En outre, durant ces derniers mois, entre les couvre-feux et les grèves, de nombreuses écoles de la vallée du Cachemire ont gardé leurs portes fermées la majeure partie du temps. Le ministère de l'Éducation se dit inquiet de la situation, et assure vouloir trouver les moyens pour remettre ces jeunes filles sur le chemin de l'école.

Selon France Culture, 2017 a été l'année la plus meurtrière pour le Cachemire en dix ans.

Newsletters

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio