Égalités / Santé

«Les personnes obèses devraient avoir le droit d'arriver plus tard au travail»

Temps de lecture : 2 min

C'est l'une des recommandations du directeur des recherches en ressources humaines de l'Institut des études sur l'emploi, au Royaume-Uni.

Près de 27% de la population britannique est obèse. | Steve Baker via Flickr CC License by

Arriver plus tard au bureau, pouvoir rester travailler à la maison, avoir le droit de poursuivre ses employeurs pour grossophobie... Lors du Congrès européen sur l'obésité, qui a eu lieu à Vienne du 20 au 23 mai derniers, le professeur Stephen Bevan a listé une série de recommandations pour lutter contre les discriminations dont sont victimes les personnes obèses au travail.

Devant 2.000 médecins, raconte The Mirror, ce directeur des recherches en ressources humaines à l'Institut des études sur l'emploi au Royaume-Uni a estimé que l'obésité devrait être répertoriée parmi les «caractéristiques protégées» par la Loi sur l'égalité de 2010, où figurent notamment l'âge, la race, la reigion ou encore le handicap et le sexe.

Le conseiller du Gouvernement a émis plusieurs propositions, parmi lesquelles la possibilité de travailler à la maison, de demander une chaise adaptée à sa corpulence, ou le droit d'arriver plus tard au travail afin d'éviter les heures de pointe: «Il pourrait y avoir davantage d'empathie envers des personnes qui pourraient avoir besoin d'arriver au bureau à 10 heures, parce qu'elles ont des problèmes dans les transports, ou se sentent anxieuses lorsqu'elles les empruntent», a développé le professeur.

Stephen Buvan estime également que les personnes obèses devraient pouvoir poursuivre les employeurs qui leur refusent un travail ou une promotion en raison de leur poids, rapporte le Telegraph. «C'est comme lorsque vous postulez pour un poste et que vous ne l'obtenez pas parce que vous êtes une femme», compare le conseiller.

Des propositions «ridicules» selon les critiques

Les recommandations de Buvan font déjà polémique dans le pays. «C'est une idée ridicule», estime Christopher Snowdon, membre de l'Institut des affaires économiques. Selon lui, ces mesures ne feraient que «susciter de la rancœur envers les personnes obèses» de la part de leurs collègues. «Être gros n'est pas un handicap, estime-t-il, et la majorité des gens se rendent au travail en voiture, donc il est difficile de comprendre pourquoi les personnes obèses auraient le droit d'arriver une heure plus tard que les autres».

Autre argument contre ces propositions? Leur limite: «Si les personnes obèses ont droit à certains privilèges, pourquoi alors ne pas en accorder aux fumeurs, aux alccoliques ou aux accrocs aux jeux?», demande ironiquement Snowdon. Une question provocatrice mais qui pose le problème de la responsabilité de ces différentes maladies.

Une récente étude a montré que le Royaume Uni était l'un des pays d'Europe les plus grossophobes.

Newsletters

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio