Santé / Monde

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Temps de lecture : 2 min

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Une prise de sang pour tester la séropositivité d'un patient en Ouganda. | ISAAC KASAMANI / AFP
Une prise de sang pour tester la séropositivité d'un patient en Ouganda. | ISAAC KASAMANI / AFP

Voilà cinq mois que les pharmacies ougandaises ne reçoivent plus de Septrin, un antibiotique prescrit aux personnes séropositives. Comme le rappelle le Guardian, ce traitement antirétroviral limite l'évolution du virus du Sida, et prévient de certaines infections qui, sans ce médicament, peuvent coûter la vie aux victimes du VIH.

La cause de cette pénurie? Le «déficit» de l'État, confesse la ministre de la Santé du pays, Sarah Achieng Opendi. Le Gouvernement se trouverait actuellement dans l'incapacité de payer l'approvisionnement en Septrin, pourtant «l'un des médicaments les moins chers du marché», et qui peut être «produit sur place», assure Milly Katana, militante contre le Sida. Cette spécialiste de la santé publique regrette la façon dont les politiques se «renvoient la balle» quant à la responsabilité de cette rupture de stocks.

Le Gouvernement attend donc l'aide financière du Fonds mondial contre le Sida, la turberculose et le paludisme, qui devrait tomber en juillet prochain. Ce nouvel approvisionnement devrait permettre au pays de fournir ses patients jusqu'en décembre.

Un traitement multifonctions

D'ici là, les personnes séropositives -1,4 voire 1,6 millions dans le pays- se trouveront exposées à de nombreuses infections, comme témoigne l'un d'eux dans The Observer:

«Je vis avec le Sida depuis trente ans, et je connais bien l'importance du Septrin pour une personne qui vit avec ce virus. À partir du moment où tu arrêtes d'en prendre, ton corps ne peut plus résister aux infections opportunistes, et tu développes des douleurs thoraciques et de fortes fièvres».

Toutes les personnes séropositives n'ont pas accès à ces traitements antirétroviraux en Ouganda, rappelle le journal. En parallèle, le Septrin n'est pas seulement prescrit pour lutter contre le virus du VIH; il sert aussi à soigner des maladies comme le rhume, le paludisme, la diarrhée ou la tuberculose.

Il y a quelques mois, c'est le Vénézuéla qui s'alarmait de la même pénurie. Le Cameroun a lui aussi été confronté à ces ruptures de stocks, mais semble en bonne voie de les résoudre grâce à la mise en place d'un observatoire des centres de soins, racontait Jeune Afrique en décembre dernier. Un modèle dont pourrait s'inspirer l'Ouganda...

Slate.fr

Newsletters

Aux États-Unis, les overdoses font baisser les temps d'attente pour dons d'organe

Aux États-Unis, les overdoses font baisser les temps d'attente pour dons d'organe

Les listes de demandes d’organes raccourcissent, mais ce n'est pas une bonne nouvelle.

Le papillomavirus, tabou qui porte en lui des angoisses de maladie et de mort

Le papillomavirus, tabou qui porte en lui des angoisses de maladie et de mort

Le HPV concerne tout le monde, quelles que soient l'orientation et les pratiques sexuelles. Mais les langues sont encore loin de se délier sur le sujet.

L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

Tout n'est pas de la faute des anti-vaccins.

Newsletters