Culture

Le comédien Roger Pierre est mort

Temps de lecture : 2 min

De son vrai nom Jean Le Gall, le comédien Roger Pierre est mort le 23 janvier d'une longue maladie, mort annoncée par son entourage professionnel et révélée par RTL. «Il était resté un enfant» a déclaré le compagnon de toute sa carrière, Jean-Marc Thibault.

Roger Pierre avait fait ses débuts dans un cabaret de la rive gauche à Paris: «Le Caveau de la terreur». Son aventure avec Jean-Marc Thibault commence en 1947, lorsque Roger Pierre, speaker publicitaire à Radio-Luxembourg, fait la connaissance de l'acteur dont il lit les textes.

Ensemble, ils débutent au «Caveau de la République» puis «Chez ma cousine» et ne se quitteront plus. De nombreuses émissions de radio se succèdent: «Les Voisins», «La Cavalcade»...

A la télévision, ils font rire la France entière à la télévision, de 1972 à 1975, et notamment avec leur émission légendaire «La Grande Farandole» Le duo comique s'était produit dans de nombreux spectacles et dans trois longs métrages ensemble. Seul, Roger Pierre avait joué dans 40 films: au cinéma, le dernier rôle de Roger Pierre avait été dans Les Herbes folles d'Alain Resnais, sorti en novembre 2009.

Le comique d'avant la vulgarité

Des hommages ont été rendus à ce fantaisiste qui avait écrit, avec Thibault, près de trois mille sketches, «conjuguant textes, mimes et chansons et utilisant une multitude d'accessoires» rappelle Le Figaro.

Sur RTL, Jean-Jacques Peroni, humoriste et comédien, sociétaire des «Grosses Têtes», émission dans laquelle Roger Pierre était régulièrement invité a déclaré: «C'était un mec excellent, d'une gentillesse et d'une culture rare». «Je connaissais les schetches de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault quasiment par coeur. Mon grand regret c'est de ne pas avoir fait les «Grosses têtes avec Roger», a-t-il ajouté.

L'animateur Pierre Bellemare a également rendu hommage à Roger Pierre. «Roger Pierre et Jean Marc Thibault, ça a été un moment très précis du comique français sans aucune vulgarité, c'était avant que la vulgarité n'entre dans le comique», a-t-il déclaré sur RTL.

Image de une: Roger Pierre, wikipedia

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Lire l'article complet sur LeFigaro.fr

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio