Monde

Les Français encore plus généreux pour Haïti que pour le tsunami

Philippe Douroux, mis à jour le 23.01.2010 à 16 h 01

La générosité des Français en 2010 sera très supérieure à celle de 2004-2005.

«All we need is money». Longtemps un banderole barrait la façade de l'hôpital pour enfant de Siem Reap, sur la route d'Angkor Vat, construit par Beat Richter, médecin et violoncelliste. Transformant la chanson des Beatles : «All we need is love» («Tout ce dont nous avons besoin c'est d'amour») en «Tout ce dont nous avons besoin c'est d'argent».

A Port-au-Prince, il faut et il faudra beaucoup d'argent pour sauver, soigner et nourrir les victimes du tremblement de terre qui a frappé Haïti, le 12 janvier 2010. Difficile de savoir combien d'argent les Français ont donné depuis une dizaine de jours. On peut cependant reprendre le chiffre de la Fondation de France qui avait reçu 11,3 millions de dons jeudi 21 janvier. Une évaluation fondée sur l'expérience du tsunami qui avait frappé l'Océan Indien en décembre 2004, permet de calculer le total des dons à 250 millions au jour d'aujourd'hui. La Fondation de France semblant beaucoup plus présente à l'occasion d'Haïti que pour le tsunami, la somme des dons on peut retenir une fourchette allant de 210 à 250 millions d'euros.

Un montant qui serait très proche ou dépasserait les dons des particuliers en 2004 et 2005: 214 millions d'euros, selon un rapport de la Cour des Comptes. En tout état de cause la montagne de dons en 2010 sera très supérieure à celle de 2004-2005. L'impact pour les victimes devraient être beaucoup plus importants puisqu'elles sont aujourd'hui concentrées dans un seul pays, contre six il y a cinq ans, et sur une zone géographique restreinte.

1/ Qui donne?

La totalité des dons publics ou privés recueillis pour le tsunami au large de l'Indonésie, avait atteint 328 millions d'euros, selon la Cour des Comptes.

Les particuliers avaient apporté 214 millions d'euros, soit 65% des dons.

Les entreprises: 62 millions d'euros, 19%.

Des organismes privés: 16 millions d'euros, 5%

Financements publics (Etat, collectivités locales) : 23 millions d'euros, 7%.

Financements européens (UE): 6,5 millions d'euros, 2%.

2/ Qui reçoit ?

Neuf ONG avaient recueilli 90% des dons faits après le tsunami de 2004.

La Croix Rouge: 116 M€, 35% des dons.

Unicef: 57,5 M€, 17%.

Secours Catholique: 36,5 M€, 11%.

Fondation de France: 20,6 M€, 6%.

Secours Populaire Français: 14,5 M€, 4%.

Action Contre la Faim: 14,3 M€, 4%.

Médecins sans Frontières: 13,2 M€, 4%.

Médecins du Monde: 11,5 M€, 3,5%.

Handicap International: 10 M€, 3%.

3/ A qui donner?

La Fondation Prométheus animée par Bernard Carayon, député UMP du Tarn, et Jean-Michel Boucheron, député PS d'Ille et Vilaine, note de 0 à 10 les organisation non gouvernementales qui font appel à la générosité publique. La moitié de la note provient d'une évaluation de la transparence financière, l'autre de la gouvernance. Pour le Baromètre 2009, Prométheus a décortiqué les comptes et les organisations 92 ONG qui agissent dans le domaine de l'écologie, de la santé ou la gouvernance publique. Résultat : elles peuvent mieux faire puisque la moyenne est de 4,3/10. Si elle frise la moyenne (2,4/5) pour la transparence de la gouvernance.

Les bons élèves sont connus et reconnus. Médecins du Monde à 10/10, la Croix Rouge, ou Comité d'Aide Médicale ont 9/10. Médecins sans frontières France et MSF International, Les Amis de la terre, Good Planet ou Oxfam International affichent un 7/10. Trois ONG (A SEED Europe, Objectif 21, Transnationale & Cie), peu connues sont notée 0/10. Mais il y a aussi un lot d'ONG connue qui ont du travail pour améliorer leur note : Greenpeace (5),  ATTAC (4), ou France Liberté (4). La Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité (Criirad) qui milite pour la transparence de l'industrie nucléaire affiche un paradoxale 1/10. Pour le Secours Catholique, le Secours Populaire, l'Unicef ou Action Contre la Faim (ACF) ne sont-ils absents de l'évaluation? Pierre Fluxia, directeur général de Prométheus, estime que la fondation ne peut évaluer toutes les ONG. Si le manque de moyens peut être avancé, il semble très difficile de ne pas se pencher sur les comptes et l'organisation de 4 des ONG les plus sollicités par les français.

4/ Les fonds sont-ils correctement utilisés?

La Cour des Comptes a essayé de répondre à la question cruciale quand il s'agit d'argent. Eh bien, les magistrats estiment que «le constat est largement - mais pas totalement - positif (...)» Autant dire qu'ils sont admiratifs. Un problème s'était posé et se reposera: les 10€ apportés par un donateur pour Haïti peuvent-ils être consacrés à une autre cause, aussi bonne soit-elle? MSF avait posé cette question en demandant proclamant très rapidement que les besoins immédiats étaient largement couverts. De fait, un afflux massif d'argent ne peut être utilisé en quelques jours. Un an après le tsunami 66% des fonds collectés n'avaient toujours pas été affectés, directement ou indirectement, aux victimes. Si MSF était à 0% de fonds non utilisés, la Croix Rouge n'avait consacré que 15% de ses fonds destinés au tsunami et le Secours Catholique 20%. Le président de MSF, enfonçait le clou en soulignant dans sa réponse à la Cour des comptes, qui ne lui repochait rien : "deux euros sur trois, pour les 9 organismes qui ont réalisé 90 % de la collecte en France, n'ont pas été dépensés dix-huit mois après le démarrage des opérations." En clair, cela veut dire qu'il faut donner en sachant que l'argent n'ira pas forcément aux victimes qui ont soulevé l'émotion.

Philippe Douroux

LIRE EGALEMENT SUR HAITI: Haïti, un désastre d'origine humaine, Comment les journalistes travaillent en Haïti, Survivre en Haïti, Cinq leçons à méditer et Haïti n'est pas le pire pays du monde

Image de Une: Un camp provisoire pour les sans-abris à Haïti Jorge Silva / Reuters

Philippe Douroux
Philippe Douroux (31 articles)
donsgénérositéhaïtiONGsecours
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte