Monde

L'alerte terroriste relevée en Grande-Bretagne

Temps de lecture : 2 min

Vendredi 22 janvier dans la soirée, les autorités britanniques ont annoncé avoir relevé d’un cran d'«important» à «grave», le niveau de menace terroriste sur leur territoire. Les spécialistes pensent que cette décision a un rapport avec l’organisation, la semaine prochaine à Londres d’une conférence internationale sur l’Afghanistan et d’une réunion sur le Yémen.

C’est le niveau 2 sur l’échelle des risques d’attaques qui en comptent 5. Ce dernier niveau juste avant alerte rouge, une attaque imminente, indique qu’un attentat semble probable. Le ministre de l’Intérieur n’a pas expliqué pourquoi la menace est soudain plus grande. Il appelle seulement le public britannique à la plus grande vigilance et la surveillance des aéroports et des bâtiments publics va être renforcée.

Ce relèvement du niveau d’alerte est pris sur instruction du centre d’analyse du MI5 chargé de la lutte antiterroriste. Les agents de ce centre surveillent en permanence les communications téléphoniques et les messages internet. Le niveau de la menace sur l'échelle des cinq paliers est rendu public en Grande-Bretagne depuis 2006, un an après les attentats du 7 juillet 2005 contre les transports en commun de Londres, dans lesquelles 56 personnes, dont les quatre kamikazes, étaient mortes.

«Le Centre d'analyse conjoint sur le terrorisme  a aujourd'hui rehaussé le niveau d'alerte au Royaume-Uni d'important à grave. Cela signifie qu'un attentat terroriste est très probable», a indiqué le ministre de l'Intérieur Alan Johnson dans un communiqué. «Mais je sois souligner qu'il n'y a aucune renseignement laissant suggérer qu'un attentat est imminent», a-t-il cependant ajouté. «Le JTAC passe constamment en revue le niveau d'alerte et base son jugement sur un grand nombre de facteurs, dont les intentions et les capacités d'organisations terroristes internationales au Royaume-Uni et à l'étranger», a expliqué M. Johnson.

Interrogé par la BBC, M. Johnson a refusé de se prononcer sur la possibilité que cette décision soit liée au récent attentat manqué contre le vol transatlantique entre Amsterdam et Detroit, le jour de Noël. Il n'a pas non plus voulu commenter les récentes inquiétudes pesant sur la menace d'attentats en provenance d'islamistes basés au Yémen où al Qaida a réussi à se reconstituer une base arrièrebet des centres d'entraînement.

Les spécialistes croient que c’est la conférence sur l’Afghanistan, organisée la semaine prochaine à Londres qui est visée. Le président afghan, Hillary Clinton et pas moins de 50 autres ministres des Affaires étrangères seront présents.

LIRE EGALEMENT SUR LA MENACE TERRORISTE: Al Qaida est de retour, Pourquoi tant de terroristes ont des diplômes d'ingénieur et Cinq mythes sur la lutte contre le terrorisme.


Image de Une: Oussama ben Laden   Reuters

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters