Monde

Haïti: Lancet dénonce la compétition entre les secours

Temps de lecture : 2 min

La prestigieuse revue médicale britannique The Lancet dénonce la compétition à laquelle se livrent organisations et gouvernements dans l'aide apportée aux sinistrés du tremblement de terre en Haïti.

«Les organisations internationales, les gouvernements nationaux et les organisations non gouvernementales (ONG) sont mobilisées, à juste titre, mais jouent des coudes pour obtenir la meilleure position, affirmant chacun qu'ils sont les mieux à même d'apporter une aide», écrit la revue dans un éditorial.

«Certaines ONG proclament même qu'elles sont «le fer de lance» des secours. En réalité, comme nous le voyons clairement, la situation en Haïti est chaotique et tout sauf coordonnée», ajoute Lancet. La revue très respectée qui existe depuis 1923 ne nomme personne et reconnaît aussi le «travail exceptionnel réalisé dans des circonstances difficiles», mais souligne que l'aide est «sans aucun doute une industrie» et qu'elle se trouve dans une situation de concurrence pour les dons et pour apparaître dans les médias. Un système devenu pervers.

«Les grandes agences et les organisations humanitaires ont souvent l'esprit de compétition et sont obsédées par la levée de fonds... La couverture médiatique en tant que fin en soi est trop souvent leur objectif. Le marketing a trop d'importance... Le pire, c'est peut-être que les secours sur le terrain se font concurrence, avec peu de collaboration entre les agences, notamment avec les plus petites organisations proches du terrain qui peuvent avoir de meilleurs réseaux et qui sont mieux placées», ajoute la revue.

Le dernier bilan du tremblement de terre qui a ravagé Haïti le 12 janvier était samedi 23 janvier de 111.499 mort tandis que la distribution des vivres commençait à soulager une population affamée et que l'assistance aux blessés les plus graves s'accélère. Un précédent bilan officiel des autorités haïtiennes faisait état de 75.000 morts et 250.000 blessés.

Selon les derniers chiffres officiels, toujours de samedi matin, la catastrophe a fait 190.000 blessés. Environ 610.000 personnes ont été hébergées dans quelque 500 camps installés dans des endroits de fortune. L'acheminement de l'aide devrait continuer s'améliorer. Le port de Port-au-Prince est partiellement opérationnel ainsi que 30% des stations-service, a indiqué l'ONU.

Washington joue un rôle prépondérant dans l'organisation des secours. Les militaires américains devraient être près de 20.000 dimanche 24 janvier en Haïti et au large de l'île.

[Lire l'article complet sur The Lancet]

Lire également sur Haïti: Un désastre d'origine humaine, Le retour de la chirurgie de guerre du XIXéme siècle, Les journalistes prennent-ils la place des secouristes? et Ne pas confondre Haïti et le Vietnam!

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Une naissance à Port-au-Prince dans un hôpital de campagne Wolfgang Rattay / Reuters

Newsletters

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

Les conséquences politiques du décès de la juge de la Cour suprême montrent à quel point les institutions du pays sont antidémocratiques.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Newsletters