Sciences / Monde

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Temps de lecture : 2 min

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

Hug a tree | Simon Wijers via Unsplash License by
Hug a tree | Simon Wijers via Unsplash License by

Aristote est le premier à avoir développé le concept d’anthropocentrisme: l’homme occupe une place centrale sur Terre. Cette vision du monde place les intérêts des humains avant les autres formes de vie. Pourtant, une nouvelle étude estime que notre espèce ne représente que 0.01% de la biomasse terrestre.

Comme l’explique The Guardian, les chercheurs de l’Institut Weizmann des Sciences donnent pour la première fois une estimation détaillée de la répartition de la biomasse terrestre. Les résultats ont montré que les plantes représentent 83% des êtres vivants sur notre planète –suivies par les bactéries (13%) et les autres êtres vivants (5%) dont les insectes, champignons et autres animaux.

«J’étais étonné de voir qu’aucun recensement détaillé global de la biodiversité n’avait été fait. Ça permet de se rendre compte du rôle dominant que joue l’humanité sur la Terre», explique Ron Milo, auteur principal du rapport publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America.

L’humanité et ses 0.01% serait responsable de la disparition de 83% des mammifères sauvages et de 50% des plantes sauvages.

Une nouvelle ère régie par l'espère humaine

L’activité humaine est si importante que les scientifiques ont lui donné un nom: l'Anthropocène. Ce terme se définit comme «la période durant laquelle l'influence de l'être humain sur la biosphère a atteint un tel niveau qu'elle est devenue une force géologique». Un des marqueurs significatifs en est l’omniprésence d’os de poulets partout dans le monde –caractéristique de l’élevage intensif des volailles.

«Le poulet pourrait bien devenir le fossile qui symbolisera l’Anthropocène pour les futurs géologues», écrit Damian Carrington, journaliste au Guardian.

Car selon l'étude sur la biomasse, les volailles d’élevage représentent 70% de tous les oiseaux présents sur Terre – les 30% restant étant des oiseaux sauvages. Ce phénomène est encore plus parlant en ce qui concerne les mammifères: 60% d’entre eux sont des animaux d'élevage, 36% sont des humains et seulement 4% vivent dans la nature.

«Quand je fais un puzzle avec mes filles, on y voit habituellement un rhinocéros à côté d’une girafe ou d’un éléphant. Si je devais leur montrer une vision plus réaliste du monde, on devrait voir un puzzle avec une vache à côté d’une autre vache, à côté d’un poulet», indique Ron Milo.

Le début de la sixième extinction de masse

En 2017, une étude menée par Gerardo Ceballos s'alarmait du début de la sixième extinction de masse, «prélude d'une extinction globale des animaux». De fait, en 40 ans, 50% des espèces animales ont disparu –83% des mammifères terrestres, 80% des mammifères marins et 15% de poissons.

«La place des êtres humain sur Terre est très disproportionnée: on représente seulement 0.01% de la biomasse terrestre et pourtant notre activité a des conséquences massives sur les autres formes de vie et sur notre propre survie», explique Ron Milo.

Slate.fr

Newsletters

Les égoïstes gagneraient moins d'argent que les personnes généreuses

Les égoïstes gagneraient moins d'argent que les personnes généreuses

Ils ont aussi moins d’enfants.

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

Vivre éternellement jeune? On en rêvait déjà à l'époque médiévale, tout en craignant que l'immortalité ne soit finalement une malédiction.

Les chiens de laboratoire ne seront plus euthanasiés mais adoptés

Les chiens de laboratoire ne seront plus euthanasiés mais adoptés

La U.S. Food and Drug Administration envisage de changer ses méthodes de recherche vétérinaire pour épargner les chiens de laboratoire.

Newsletters