Société / Monde

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

Temps de lecture : 2 min

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

Un homme en train de s'injecter une dose d'héroïne. | SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Un homme en train de s'injecter une dose d'héroïne. | SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

San Francisco compte pas moins de 22.500 personnes qui consomment régulièrement de la drogue par injection. Pour remédier à ce fléau, le maire de la ville, Mark Farrell, a annoncé jeudi dernier un plan de 6 millions d'euros, rapporte ABC News. Cet argent servira à financer des maraudes dans les rues de la ville, à la rencontre des toxicomanes.

Des équipes médicales pourront leur administrer de la buprénorphine, un médicament de substitution plus connu sous le nom de Suboxone, qui réduit l'état de manque et soulage les symptômes du sevrage. Il diminue également les risques d'overdose.

Ce type de traitement est déjà délivré dans les cliniques et les centres de soins, mais beaucoup de consommateurs de drogue ne s'y rendent pas, par peur d'être «stigmatisés», ou d'être «arrêtés», souligne le journal. «Bien que nous n'arrêtions pas les gens dans nos cliniques», précise Barbara Garcia, directrice du département de santé publique de la ville.

«Nous avons besoin d'aller à la rencontre des personnes, là où elles se trouvent, afin de les aider à se soigner plus facilement», estime le Docteur Barry Zevin, directeur d'un organisme s'occupant des personnes à la rue.

Selon Mark Farell, c'est la première fois qu'un programme d'une telle ampleur est mis en place aux États-Unis.

Newsletters

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

Certains surnoms donnés par l'agence spatiale américaine à ses découvertes scientifiques et faisant référence à des termes coloniaux ou racistes ne seront plus utilisés.

L'isolement social est néfaste pour notre santé mentale et physique

L'isolement social est néfaste pour notre santé mentale et physique

Le nombre de proches à qui se confier est en baisse.

À quoi rêvent les statues en tombant de leur piédestal?

À quoi rêvent les statues en tombant de leur piédestal?

La ville postcoloniale et son imaginaire sont à inventer.

Newsletters