Médias / Culture

Au Brésil, des salles vides pour un film qui est pourtant le plus gros succès du moment

Temps de lecture : 2 min

Les entrées de «Rien à perdre», biopic du fondateur de l'Église universelle du Royaume de Dieu, battent des records. Mais presque aucun spectateur ne va voir le film.

Edir Macedo, fondateur de l'Église universelle du Royaume de Dieu | Jeso Carneiro via Flickr CC License by

Dans les salles obscures brésiliennes, un film sorti fin mars explose les records d'entrées au cinéma : Rien à perdre retrace la vie d'Edir Macedo, fondateur de la controversée Église universelle du Royaume de Dieu, qui revendique pas moins de dix millions d'adeptes à travers le monde. Macedo détient d'ailleurs la société Record, qui produit son biopic.

Selon comeScore, Nada a perder comptabilise déjà 9 millions d'entrées, soit le plus gros succès du pays depuis que l'organisme mesure les audiences au cinéma, soit 2002. Un chiffre qui étonne le journal Folha de Sao Paulo, rapporte le Guardian; des journalistes se sont rendus dans neuf salles différentes qui diffusaient le film, et ont trouvé de -très- nombreux sièges vides.

«C'est un succès programmé», accuse Paulo Almeida, directeur d'une entreprise indépendante de mesures d'audiences cinématographiques. Selon plusieurs sources, l'Église universelle du Royaume de Dieu aurait acheté des tickets massivement pour les donner gratuitement à ses adeptes. L'institution assure n'avoir «jamais» acheté de tickets, mais reconnaît avoir mené une «initiative» pour permettre au «plus grand nombre de personnes», et notamment les plus démunis, d'aller voir le film. Elle accuse le journal de proférer des «mensonges» et des «fausses nouvelles», en racontant que les salles étaient vides.

Même tactique pour le livre Rien à perdre et pour le film Les Dix Commandements

Déjà en 2012, le livre dont s'inspire le film Rien à perdre serait devenu un best-seller grâce aux très nombreux exemplaires achetés par l'Église elle-même, rappelle le Guardian. Et quatre ans plus tard, le film produit par Record, Les Dix Commandements, devenait le deuxième film enregistrant le plus grand nombre d'entrées au Brésil... alors même que les salles avaient beaucoup de mal à se remplir.

Edir Macedo semble d'ailleurs habitué aux opérations louches voire illégales; en 1992, le multi-millionnaire est notamment soupçonné de détournement de fonds, d'envoi illégal d'argent à l'étranger ou encore de fausses déclarations. Il a bénéficié d'une prescription ou d'une relaxe pour chacun de ces différents crimes. Cependant, il doit encore être jugé pour blanchiment d'argent.

Slate.fr

Newsletters

Comment sont choisies les candidates du Bachelor US

Comment sont choisies les candidates du Bachelor US

«Accepteriez-vous cette rose?»

Aux États-Unis, un dessinateur viré de son journal pour avoir caricaturé Trump

Aux États-Unis, un dessinateur viré de son journal pour avoir caricaturé Trump

Rob Rogers travaillait pour le Pittsburgh Post-Gazette depuis 1993.

Agathe Auproux, de bobo à Baba

Agathe Auproux, de bobo à Baba

La vie pas si simple d'une journaliste culturelle à la table de Cyril Hanouna.

Newsletters