Société / Monde

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Temps de lecture : 2 min

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Des moines au temple Okunoin du Mont Koya | Chee Kweng Teoh via Flickr CC License by
Des moines au temple Okunoin du Mont Koya | Chee Kweng Teoh via Flickr CC License by

Au Japon, le «burn-out» ne se limite apparemment pas aux milieux d'affaires. Récemment, un moine bouddhiste a porté plainte contre ses employeurs pour surmenage, rapporte le Japan Times.

Le quarantenaire, qui préfère rester anonyme, avait rejoint le complexe sacré du Mont Koya, dans le Sud d'Osaka, en 2008. En décembre 2015, il est tombé en dépression, et a pris un congé quelques mois plus tard, en avril. Selon son avocat, Noritake Shirakura, le moine enchaînait les heures supplémentaires non payées. Il travaillait parfois jusqu'à 17 heures par jour, précise même El Espectador, et a même passé, à plusieurs reprises, un mois d'affilée voire davantage, à travailler quotidiennement sans aucun jour de repos. «On l'obligeait à effectuer des tâches qui outrepassaient ses devoirs spirituels», résume le quotidien colombien.

Un organisme local de contrôle du travail a d'ores et déjà reconnu son surmenage. Fin avril, avec son avocat, le moine a assigné ses employeurs devant la justice. Il leur réclame plus de 65.000 euros de dommages et intérêts.

L'an dernier, le célèbre de temple de Kyoto, Higashi Honganji, avait déjà été accusé de harcèlement au travail et de non rémunération des heures supplémentaires de ses employés, rappelle El Espectador. Le temple avait alors présenté des excuses publiques.

Slate.fr

Newsletters

Probabilité d'être aperçu en Écosse

Probabilité d'être aperçu en Écosse

La laïcité kafkaïenne du professeur Blanquer

La laïcité kafkaïenne du professeur Blanquer

Un petit garçon qui ne veut pas tenir la main d'une petite fille: en une anecdote, le ministre de l'Éducation nationale fait de tous les gamins mal lunés de France des djihadistes en puissance.

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

L'égal partage des tâches domestiques est difficile à atteindre, y compris quand on est féministe. Et ça n'a rien à voir avec une guerre de territoire ni une exigence naturellement féminine.

Newsletters