Sciences

Des scientifiques ont réussi à transférer la mémoire d’un escargot à un autre

Temps de lecture : 2 min

Une avancée scientifique qui nous rapproche un peu plus de la science-fiction.

Capture d'écran. Leçon animée sur le cerveau. | Ted-ed via Youtube License by

La mémoire: on la perd, on la recouvre, on la travaille. Bientôt, on pourra la transférer d’un humain à un autre –en tout cas c’est ce qu’espère une équipe de scientifiques de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Ce 14 mai, les chercheurs californiens ont annoncé avoir réussi à transférer les souvenirs d’un escargot de mer à un autre. L’étude a été publiée dans la revue scientifique eNeuro.

Pour ce faire, l’équipe de scientifiques a stimulé la mémoire des escargots grâce à une sensibilisation par faible choc électrique sur la queue. Le but était de provoquer un réflexe défensif –la contraction de la queue. Après 24h, les escargots «entraînés» contractaient leur queue pendant cinquante secondes contre une seconde pour ceux «non entraînés».

Après coup, les scientifiques ont extrait l’ARN (acide nucléique essentiel dans le transport du message génétique et la synthèse des protéines) du système nerveux des escargots entraînés pour l’injecter dans les spécimens non entraînés.

«24 heures plus tard, nous avons testé les réflexes de ces escargots: ils avaient le même réflexe de défense que ceux à qui nous avions administrés des chocs électriques», souligne David L. Glanzman, co-auteur de l’étude et membre du département de biologie intégrative et physiologie à UCLA.

Comme l’explique CNN, le choix d’escargots de mer pour cette étude n’est pas anodin: le système nerveux et le cerveau de ces gastéropodes sont beaucoup moins complexes que ceux des humains.

«Pour tout ce qui touche à la mémoire j’ai une approche réductionniste: il vaut mieux commencer simple pour ensuite mieux comprendre ce qui est complexe», indique David L. Glanzman.

Un transfert de mémoire bientôt disponible pour les humains?

Les films ou séries de science-fiction se jouent de nos souvenirs dans bon nombre d’oeuvres. Ces dernières années, la série Black Mirror a montré à quel point les informations stockées dans notre cerveau peuvent être précieuses et dangereuses. L’épisode «Retour sur image» imagine un monde où l’on serait capable de rediffuser nos souvenirs grâce à une puce implantée derrière l’oreille. Ce système permet aussi de partager ses souvenirs sur un écran grâce une petite télécommande. Cette technologie se révèle destructrice pour Liam Foxwell, le protagoniste. Ce dernier finit même par s’arracher violemment la «grain» et les souvenirs qui vont avec.

Dans le monde réel, nous en sommes encore loin: les transferts de mémoire ne sont pas encore possibles. Des années voire des décennies de recherches sont encore nécessaires pour appliquer le transfert de l'ARN aux humains. Malgré tout, ces recherches pourraient permettre de trouver de nouvelles techniques pour traiter les maladies neurodégénératives:

«Si nous arrivons à identifier la partie de l'ARN qui permet la formation des souvenirs, nous pourrions trouver des traitements plus efficaces contre la démence, le syndrome de stress post-traumatique et Alzheimer», explique David L. Glanzman.

Slate.fr

Newsletters

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sandra, une trentenaire qui arrive à jouir seule, mais pas avec ses partenaires.

Newsletters