Société / Tech & internet

Vous avez fortement intérêt à changer vos mots de passe (et pas seulement) après une rupture

Temps de lecture : 5 min

Même votre interphone. Et le collier du chien. Et les jouets des enfants. Et...

Dans l'épisode 3 de la saison 1 de Black Mirror, Liam Foxwell utilise sa puce stockeuse de souvenirs pour enquêter sur l'infidélité supposée de sa femme. | Netflix
Dans l'épisode 3 de la saison 1 de Black Mirror, Liam Foxwell utilise sa puce stockeuse de souvenirs pour enquêter sur l'infidélité supposée de sa femme. | Netflix

Dans la chanson de Lucinda Williams «Changed the Locks» –sortie en 1988, puis reprise en 1996 par Tom Petty and the Heartbreakers sous le titre «Change the Locks»–, la chanteuse décrit un certain nombre de choses qu’il faut changer quand on veut se protéger d’un ou d'une ex: «J’ai changé ma serrure, j’ai changé de numéro / J’ai changé ma voiture, j’ai changé de style de fringues / J’ai changé les rails sous le train, j’ai changé le nom de la ville».

Pas la moindre mention de l’une des choses les plus évidentes à changer aujourd’hui après une séparation moche: vos mots de passe. Grâce aux (ou à cause des) nouvelles technologies, les ex mal intentionnés ont désormais à leur disposition tout un attirail de méthodes pour vous traquer et vous harceler. Il faut donc absolument leur interdire l’accès à vos comptes. Et dans ce cas, hélas, votre compte Netflix est le cadet de vos soucis.

Si le monde des mots de passe se réduisait autrefois à notre code de carte bleue et à nos réseaux sociaux –ce qui, en soi, porte déjà un potentiel de nuisance largement suffisant–, aujourd’hui il nous faut aussi penser à remettre à jour les informations de toutes sortes d’applications et d’appareils. Une femme a récemment découvert qu’elle avait toujours accès au système télématique Car-Net de son ancienne voiture –notamment sa localisation, son kilométrage et l'état de verrouillage des portières– des mois après l’avoir vendue. Imaginez ces informations entre les mains d’une ou d'un amoureux que vous avez largué.

Une de mes amies, quant à elle, peut toujours accéder au compte Uber de son ex infidèle –elle ne l’a utilisé que pour s’offrir un ou deux trajets à l’œil, mais le potentiel d’espionnage est évident. Dans sa série d'articles «Should This Thing Be Smart?», Justin Peters remet en question la technification des objets du quotidien, des brosses à dents aux chaussettes: entre de mauvaises mains, un collier de chien avec GPS intégré peut aider un harceleur à savoir où et quand sa proie promène son animal de compagnie.

De nouvelles manières de contrôler la vie de ses victimes

Mais il s’avère que changer un mot de passe ne suffit pas toujours. Selon le site The Information, un habitant de Miami a récemment découvert que son ex petit-ami pouvait surveiller ses allées et venues grâce à la caméra Ring installée sur la sonnette de sa porte d’entrée. La start-up Ring, rachetée par Amazon en février, fabrique des interphones équipés de caméras qui permettent à leur propriétaire de regarder qui se présente à la porte grâce à une application plutôt qu’en passant par le bon vieux judas traditionnel. The Information raconte que l’ex de Jesus Echezarreta lui avait dit qu’il fallait qu’il promène le chien plus souvent –il avait espionné le seuil de sa maison en regardant le streaming de l’appli de surveillance.

Apparemment, il était resté connecté même après que le mot de passe eut été modifié. Il existait une faille de sécurité grâce à laquelle les utilisateurs n’avaient pas besoin de se reconnecter après un changement de mot de passe –ce qui signifie que pour interdire l’accès à la vidéosurveillance à son ex, il fallait changer tout le dispositif. Un porte-parole de Ring a pourtant assuré à The Information que l’application avait été réglée de sorte que tous les utilisateurs soient déconnectés après chaque modification de mot de passe. Mais le 11 mai dernier, le site Gizmodo expliquait que certains utilisateurs étaient encore connectés vingt-quatre heures après le changement.

August Home –autre service de sécurité pour la maison, qui permet à des assistants numériques comme Siri et Alexa de déverrouiller la porte d’entrée– a connu le même genre de déboires peu de temps auparavant, lorsque le voisin d’un utilisateur a pu «crocheter» sa serrure d’un simple «Hey Siri, ouvre la porte d’entrée». L’appli Siri d’Apple nécessite désormais que les utilisateurs déverrouillent leur iPhone ou leur iPad d’abord, tandis que l’Alexa d’Amazon demande que l’on dise à haute voix un mot de passe numérique. Donc, seules les personnes de votre vie (ou qui le furent) sont susceptibles de vous causer des problèmes. En d’autres termes, n’oubliez pas de déconnecter l’iPhone de votre ex de votre serrure connectée et pendant que vous y êtes, de changer votre mot de passe Alexa pour vos achats sur internet.

Ce qui soulève une question: la maison connectée est-elle un lieu sûr? En théorie, la domotique est censée être capable de nous protéger des inconnus et des intrus, mais elle peut nous exposer à des risques encore plus grands de la part de ceux qui sont les «plus proches» de nous –ceux qui présentent déjà les plus grands facteurs de risques pour les femmes, sachant que plus de la moitié des femmes tuées aux États-Unis le sont par leur partenaire ou leur ex. Maintenant que les appareils partagés sont devenus un élément de cohabitation ordinaire, les couples séparés et les membres de la famille dont on s’est éloigné ont de nouvelles et effrayantes manières de garder un accès et une sorte de contrôle sur la vie de leurs victimes.

«T'as appelé la police?»

Il n’est un secret pour personne que les nouvelles technologies sont utilisées de longue date par des partenaires violents pour faciliter le harcèlement de leur proie –des appels téléphoniques aux mails en passant par les notifications Facebook. Mais le potentiel de cybercontrôle devient davantage créatif à mesure que les nouvelles technologies se font plus sophistiquées.

Dans un exemple très dérangeant, un ex violent a réussi à pister son ancienne partenaire et leur fille en cachette grâce à une balise GPS qu’il avait installée dans la poupée de la petite. Et il ne s’agit pas juste d’être pisté ou observé en douce: Echezarreta a raconté à The Information que son ex l’avait harcelé en faisant tinter la sonnette de la porte d’entrée à distance au milieu de la nuit, et qu’il était certainement possible de faire la même chose avec les lumières, la musique, le chauffage et tout ce qui dans la maison est relié à une appli.

Dans une nouvelle de Future Tense intitulée «Domestic Violence», l’auteure de science-fiction futuriste Madeline Ashby imagine un mari fou de contrôle qui prive sa femme de toute liberté d'action en programmant la porte d’entrée pour qu’elle reste fermée tant qu’elle ne fera pas la danse des canards. Comme l’a écrit Ian Harris, responsable juridique pour les technologies de la sécurité du projet National Network to End Domestic Violence Safety Net en réaction à cette nouvelle, les nouvelles technologies domotiques créent un potentiel pour de nouvelles formes de violences en diminuant le sentiment de sécurité que le foyer assurait autrefois.

Il est aussi vrai que ces nouvelles technologies protègent parfois de la violence d’un partenaire. En 2017, une enceinte intelligente a appelé la police au moment où un agresseur armé demandait à sa victime «t’as appelé la police?», ce qu’elle avait interprété comme «appelle la police». Un mauvais choix de mots qui tombait fort à propos.

Trente ans après la première version du titre «Changed the Locks», il semblerait que les paroles aient besoin d’une petite mise à jour: «J’ai changé l’interphone intelligent, j’ai changé le mot de passe de ma serrure / J’ai changé l’accès à Car-Net, j’ai changé le collier du chien / J’ai changé la balise de mes chaussettes, j’ai changé le nom de mon smartphone».

Newsletters

Pourquoi j'ai écrit du point de vue terroriste

Pourquoi j'ai écrit du point de vue terroriste

La littérature doit nous mettre en présence du mal.

Les personnes intersexes, grandes oubliées de la fiction

Les personnes intersexes, grandes oubliées de la fiction

Ce n'est pas parce que la Quinzaine de Visibilité Intersexe vient de s'achever qu'il faut cesser de parler du sujet, qui concerne près de 2% d'entre nous. À travers les rares fictions réalisées sur le sujet et quelques documentaires extrêmement...

L'avenir des villes est sous nos pieds

L'avenir des villes est sous nos pieds

La crise climatique va rendre des villes entières inhabitables, il est temps de descendre sous terre.

Newsletters