Sciences

Les poissons des rivières africaines meurent à cause des cacas d'hippopotames

Temps de lecture : 2 min

Quand les excréments tuent.

Un hippopotame au Giga Zoo, dans la ville du Caire en Égypte. | Mohamed El-SHhamed / AFP
Un hippopotame au Giga Zoo, dans la ville du Caire en Égypte. | Mohamed El-SHhamed / AFP

Les hippopotames sont connus pour être de redoutables tueurs d’hommes. Très agressifs, ces animaux amphibies tuent environ 500 personnes par an en Afrique, les attaques se déroulant le plupart du temps dans l’eau. Si leurs grandes mâchoires et leurs longues canines sont indéniablement des armes meurtrières, leurs excréments se révèlent tout aussi fatals.

Pendant leurs recherches sur la rivière Mara, Christopher Dutton et Amanda Subalusky, tous deux écologistes aquatiques, n’arrivaient pas à déterminer pourquoi les poissons mourraient à chaque crue. Ils ont d’abord pensé que les pesticides pulvérisés sur les champs en amont étaient à l’origine de ces pertes. Après de nombreuses analyses, les deux chercheurs ont finalement déterminé que les hippopotames –en particulier leurs excréments– étaient les seuls responsables: les poissons meurent asphyxiés parce que ces vaches marines font trop caca.

Plus de 8.000 kilos d'excréments par jour

Comme l’explique The Atlantic, les hippopotames passent leur journée dans l’eau pour se protéger du soleil. Tous les jours, 4.000 de ces animaux vivent dans la rivière Mara –située à la frontière entre le Kenya et la Tanzanie– et s'y soulagent: près de 8.500 kilogrammes d'excréments sont relâchés par jour.

«Vous pouvez placer un filet dans l’eau et en quelques secondes, il sera recouvert d'excréments d'hippopotames. Il y en a partout: sur les rochers et au fond de la rivière», indique Christopher Dutton.

Des poissons privés d’oxygène

Les hippopotames étant extrêmement agressifs, Christopher Dutton et Amanda Subalusky, ont eu recours à un bateau téléguidé armés de capteurs. Les résultats de leurs analyses ont révélé que la boue et l’eau situées sous les groupes d’hippopotames sont composées d'un mélange toxique d'ammoniac, de méthane et de sulfure d'hydrogène. Ces zones sont aussi pauvres en oxygène: les bactéries présentes dans les rivières consomment l’oxygène en digérant les déjections des hippopotames. Résultat: les poissons meurent asphyxiés.

Keenan Stears, chercheur en biologie marine à l’université de Californie à Santa Barbara, s’est lui-aussi intéressé aux effets des populations d’hippopotames sur l’écosystème de la rivière Ruaha en Tanzanie. Publiée le 14 mai dernier, son étude fait état des mêmes résultats que celle de Christopher Dutton et Amanda Subalusky.

Cette nouvelle étude a aussi révélé que pendant la saison sèche, les groupes d’hippopotames se retrouvent confinés dans de petites zones d’eau. Les bassins contenant ces bêtes sont extrêmement pauvres en oxygène et contiennent 50% de poissons et d’espèces d’invertébrés en moins que les bassins sans hippos.

«Les résultats des études sont révélateurs des problèmes émergents dans toute l’Afrique, surtout que le réchauffement climatique rallonge les périodes de sécheresse», explique Keena Stears à The Atlantic. Frank Messe, chercheur à l'université d'Eldoret au Kenya renchérit: «Il est indispensable que l'on arrive à maintenir le débit des rivières pendant la saison sèche».

Slate.fr

Newsletters

Et s'il n'existait que quatre types de personnalité?

Et s'il n'existait que quatre types de personnalité?

Êtes-vous plutôt Moyen, Réservé, Auto-centré ou Exemplaire?

Le grand bond vers l'espace de la Chine

Le grand bond vers l'espace de la Chine

Alors que Pékin fêtera les dix ans du premier voyage d'un taïkonaute dans l'espace le 15 octobre, l'Administration spatiale chinoise peaufine les contours de son programme lunaire.

Comment Twitter propage (ou freine) les théories du complot

Comment Twitter propage (ou freine) les théories du complot

Les messages véhiculant de telles rumeurs ne sont pas les mêmes que ceux qui espèrent les endiguer.

Newsletters