Sciences

L'été plus stressant que l'hiver?

Temps de lecture : 2 min

Une étude menée en Pologne tend à confirmer une «théorie des climats» aussi vieille qu'Aristote.

De l'intérêt de toujours garder la tête froide | Farrukh via Flickr CC License by
De l'intérêt de toujours garder la tête froide | Farrukh via Flickr CC License by

Depuis l'Antiquité, l'influence de la température ambiante sur nos comportements intrigue les savants. Avec l'aggravation du changement climatique, les études scientifiques sur les liens éventuels entre la hausse du mercure et celle des violences se sont multipliées et semblent confirmer la «théorie des climats» que Montesquieu avait formulée en son temps: le froid aurait tendance à exacerber les viles passions humaines et le froid à les domestiquer.

Présentée à la dernière conférence de la Société américaine de physiologie, une étude menée par Dominika Kanikowska (université des sciences médicales de Poznań, Pologne) ajoute un versant biologique à cette théorie et observe que c'est en été, et non en hiver, que les individus sont le plus susceptibles d'être stressés.

Une nervosité mesurée notamment par le taux de cortisol, une hormone libérée dans la circulation sanguine lors de situations stressantes et qui aide à réguler les niveaux de sucre ou de sel de nos fluides corporels. La substance contribue aussi à réduire l'inflammation, ce qui en fait un agent de premier plan de notre santé. En général, les taux de cortisol sont plus élevés le matin et diminuent progressivement tout au long de la journée –une baisse du cortisol sanguin est, par exemple, associée à un meilleur sommeil.

Pour arriver à leurs conclusions, Kanikowska et ses collègues ont suivi un groupe d'étudiantes en médecine durant deux jours d'hiver et deux jours d'été. Durant chaque période, les chercheurs allaient prélever des échantillons de salive toutes les deux heures –sur un cycle complet de 24 heures– afin de mesurer les taux de cortisol et les marqueurs de l'inflammation de leurs participantes. Volontaires qui avaient aussi rempli un questionnaire sur leur mode de vie, leurs horaires de sommeil, leur régime alimentaire ou encore l'intensité de leur activité physique.

Slate.fr

Newsletters

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Des scientifiques australiens étudient les effondrements de milieux poreux en versant du lait sur des céréales.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters