Monde

Le policier russe de YouTube accusé de corruption

Temps de lecture : 2 min

Un policier russe qui avait mis en ligne une vidéo sur YouTube dénonçant la corruption dans la police de sa ville a été arrêté. Alexei Dymovsky, qui est devenu célèbre dans son pays après avoir publié son message sur le site de partage de vidéos en novembre dernier, est maintenant accusé de fraude et de corruption, et risque six ans d'emprisonnement. Il avait déjà été licencié à la suite de ses déclarations.

Dans son message, il explique qu'il ne veut plus arrêter des innocents pour atteindre ses objectifs mensuels et dénonce les activités illégales des forces de police dans sa ville. Il s'adresse également directement à Vladimir Poutine pour que celui-ci nettoie le système de maintien de l'ordre.

La vidéo, vue plus d'un million de fois, avait créé un vrai choc dans un pays où s'opposer aux autorités peut s'avérer extrêmement dangereux.

[Lire l'article complet sur bbc.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters