Culture

«Friends»: pourquoi il fallait absolument que Ross soit le frère de Monica

Temps de lecture : 2 min

La dernière théorie à la mode autour de la série culte nous permet d'imaginer un «Friends» bis, avec plus de diversité et moins de David Schwimmer.

Courteney Cox et David Schwimmer | capture d'écran Youtube
Courteney Cox et David Schwimmer | capture d'écran Youtube

Quatorze ans après la diffusion de son dernier épisode (donc vingt-quatre ans après celle de son pilote), la série Friends continue à susciter des discussions sans fin et à donner envie à ses fans d'élaborer des théories parfois crédibles et souvent fumeuses.

Récemment, les friendsophiles et les friendsomanes (c'est dimanche, on a le droit d'inventer des mots) ont décidé de refaire le monde en imaginant ce qui se serait produit dans un univers parallèle où Ross (David Schwimmer) et Monica (Courteney Cox) n'auraient pas été frère et sœur.

Geller est-il?

En fait, la problématique peut être formulée autrement: le duo Marta Kauffman - David Crane, qui a créé la série, n'avait pas d'autre choix que de réunir les deux personnages par les liens du sang. En effet, si Monica et Ross n'avaient été que les membres d'une même bande de potes, il y a fort à parier que le reste du groupe se serait considérablement éloigné de Ross suite à son divorce avec Carol (interprétée par Anita Barone puis Jane Sibbett).

Quand un couple se sépare, on sait bien que même si on ne leur a rien demandé, les personnes qui gravitent tout autour se sentent souvent obligées de choisir leur camp. Ross étant insupportable, et Carol étant à la fois plus douce, plus patiente et moins égoïste, c'est sans doute elle qui aurait remporté tous les suffrages. Mais Ross étant le frère de Monica, qui est la cheffe de file et le cordon bleu du groupe, le choix était plus que biaisé. Et Carol a dû se résoudre à voir s'éloigner ces gens qu'elle aimait, le tout au nom de son amour pour Susan (Jessica Hecht).

C'est la comédienne Emily Heller qui a mis le feu aux poudres sur Twitter:

Dans l'une des réponses à ce tweet, on peut trouver la justification suivante: «Phoebe serait restée amie avec Monica, qui serait allée du côté de Carol. Joey aurait choisi le camp de Phoebe. Chandler était plus proche de Joey que de Ross. Et dans cet univers, Rachel aurait rencontré Susan et Carol au lieu de Ross». Ça tombe sous le sens.

Parmi le flot de réactions enthousiastes (Ross n'est pas exactement le personnage le plus populaire de la série), on trouve d'autres réponses plus dubitatives. «Dans un flashback, on découvre que Ross, Monica, Chandler et Phoebe formaient un quatuor soudé, avant que Joey n'emménage, et avant même que le bar qui leur servait de QG ne devienne le Central Perk». Ce qui peut effectivement plaider en faveur de Ross.

D'autres ont juste fait preuve de pragmatisme en rappelant que si Friends ne pouvait parler ni de la famille Geller ni de la love story contrariée entre Rachel (Jennifer Aniston) et Ross, alors elle n'aurait pas réellement été Friends. Pas faux. Mais l'idée d'imaginer une version bis de la série, dont l'une des héroïnes serait bisexuelle (sans même compter le personnage de Susan, qui aurait sans doute été très présente dans la série), a tout de même quelque chose d'un peu stimulant.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Newsletters