Parents & enfants / Santé

Les bébés préfèrent entendre parler leurs semblables plutôt que leurs parents

Temps de lecture : 2 min

Les nourrissons sont plus sensibles aux sons similaires à ceux qu'eux-mêmes produisent, ce qui pourrait avoir un impact sur leur apprentissage du langage.

Bébé émerveillé par la voix de l'un de ses pairs | Capture d'écran via EurekAlert!
Bébé émerveillé par la voix de l'un de ses pairs | Capture d'écran via EurekAlert!

Fi des «gouzi-gouzi» gagas pour bébés: ils s'en fichent, et vos voisins vous en seront reconnaissants.

Bien qu'ayant quelque intérêt pour les sons aigus que vous pouvez produire à leur adresse, les bébés âgés de cinq mois préfèrent entendre ceux produits par leurs pairs, affirme une nouvelle étude conduite par des chercheurs des universités du Québec et de McGill (Canada).

Effet bénéfique sur la production des premiers babils

Utilisant un synthétiseur vocal spécialisé, ces derniers ont cherché à comparer les réactions de bébés selon qu'ils étaient confrontés à des voyelles produites par des bambins de leur âge ou par une femme adulte.

Les données laissent peu de doutes: les bébés ont écouté 40% plus longtemps les voyelles produites par d'autres bébés que celles émises par des adultes.

Ces résultats pourraient permettre de mieux comprendre comment les bébés apprennent à parler. Si l'exposition à des discours adultes –souvent ceux des parents– favorise le développement du langage chez le jeune enfant et lui permettrait selon certaines études d'acquérir un plus grand vocabulaire à deux ans et un QI plus élevé à sept, la confrontation à des vocalises infantiles pourrait également être bénéfique dans l'apprentissage de la langue. Selon les chercheurs, cela inciterait l'enfant à vocaliser lui-même davantage, et favoriserait ainsi la production des premiers babils.

Attrait pour des bruits déjà vocalisés

«Des études ont montré que les nourrissons préfèrent écouter des mots qui correspondent aux sons produits dans leur babillage. Par exemple, un bébé qui produit beaucoup de sons comme “bababa” va préférer les mots contenant des “b”, comme “bapeb”, “pabep” et “pobep”. Cette réaction est similaire à “l'effet cocktail party”: même dans une pièce bruyante, nous pouvons sélectionner des mots qui nous apparaissent plus pertinents, comme notre nom ou la ville dans laquelle nous vivons», explique Catherine Laing, maîtresse de conférences à l'université de Cardiff (Royaume-Uni) spécialisée sur l'acquisition du langage par l'enfant.

Tout comme l'on dresse l'oreille à l'entente de termes familiers, le bébé est plus susceptible d'être attiré par des bruits que lui-même aura déjà produit et qui lui apparaissent comme par écho. À cet égard, des études ont montré que les bébés sourds, qui se mettent déjà à vocaliser plus tard que les bébés entendants, cessent souvent de babiller au bout de quelques mois, étant restés sans retour face à leur propre babil.

Slate.fr

Newsletters

 Devrait-on enseigner les bienfaits de l’allaitement dès l’école?

Devrait-on enseigner les bienfaits de l’allaitement dès l’école?

Les professionnels de santé déplorent un manque de pédagogie qui expliquerait pourquoi tant d’européennes choisissent de ne pas allaiter.

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Conscients des désagréments causés par la présence d’enfants au sein de leur établissement, de plus en plus de restaurateurs envisageraient d’interdire l’entrée aux marmots.

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Newsletters