Égalités / Santé

Une définition plus ouverte de la masculinité permettrait aux hommes de gagner en longévité

Temps de lecture : 2 min

Selon une enquête canadienne, les hommes de la jeune génération délaisseraient les valeurs masculines traditionnelles, ce qui pourrait avoir un impact bénéfique sur leur santé.

Viens voir le docteur | Jeffeaton via Flickr CC via Flickr CC License by
Viens voir le docteur | Jeffeaton via Flickr CC via Flickr CC License by

Le 23 avril dernier, Alek Minassian, 25 ans, fonçait délibérément sur des piétons de Toronto et tuait dix personnes –dont huit femmes– pour soi-disant venger son «célibat involontaire».

Quelques jours plus tôt, des chercheurs de l'université de la Colombie-Britannique, associés à l'institut de sondage Intensions Consulting, publiaient une étude montrant que les Canadiens âgés de 15 à 29 ans semblent délaisser les valeurs masculines traditionnelles –l'égoïsme, l'hédonisme, la compétition– pour leur préférer l'ouverture à autrui et le souci de son propre bien-être, physique comme psychique.

Élargissement de la définition de la masculinité

Un dernier élément susceptible d'atténuer le fossé sanitaire observé dans de nombreux pays occidentaux entre hommes et femmes qui, selon beaucoup de spécialistes, contribue à la moindre longévité masculine.

«Les jeunes Canadiens semblent avoir des valeurs masculines nettement différentes de celles des générations précédentes», précise John Oliffe, auteur principal de l'étude et directeur du programme de recherche en santé des hommes au sein de l'université de la Colombie-Britannique.

Selon Nick Black, directeur associé d'Intensions Consulting, de nombreux jeunes hommes canadiens élargiraient effectivement leur définition de la masculinité pour y inclure des valeurs comme l'altruisme et l'hygiène de vie.

«En tant que millennial moi-même, commente-t-il, je peux voir comment ces valeurs s'incarnent dans la vie des hommes de mon entourage. Ils veulent être à la fois attentionnés et forts, à la fois ouverts aux autres et indépendants, et ils n'y voient aucune contradiction.»

Réduction de l'écart d'espérance de vie

Menée sur 630 Canadiens recrutés dans l'ouest du pays, l'étude observe que 91% des participants estiment qu'un «vrai homme» se soit d'aider les autres et de participer, pour 80% d'entre eux, à la prospérité de sa communauté. Pour 88% des sondés, il faut qu'un homme soit ouvert à de nouvelles idées, de nouvelles expériences et de nouvelles personnes. De même, la majorité des participants souligne l'importance, pour les hommes, d'une bonne santé mentale (87%), physique (71%) et d'un bon équilibre émotionnel (83%).

Si Oliffe admet que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour que ces observations s'appliquent à d'autres groupes d'âge et aux habitants d'autres régions géographiques, il voit d'ores et déjà dans ces résultats un outil pour concevoir des programmes de santé plus efficaces pour les hommes.

«L'écart d'espérance de vie entre les hommes et les femmes se réduit, et j'espère que des gains supplémentaires seront possibles grâce à ces nouvelles valeurs que les hommes associent à leur santé», déclare-t-il.

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Pas un jour ne passe sans que l'on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d'une nouvelle victime d'actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu'à quand continuerons-nous de le supporter?

Newsletters