Santé

Des scientifiques découvrent un traitement qui pourrait révolutionner la lutte contre la calvitie

Temps de lecture : 2 min

Les implants capillaires et autres perruques pourraient n'être qu'un lointain (mauvais) souvenir.

Un remède qui pourrait changer la vie de bon nombre de personnes | Mark Skeet via Unsplash License by

Des chercheurs de l’université de Manchester ont peut-être découvert un traitement pour (enfin) lutter contre la calvitie: des tests pour un nouveau remède contre l’ostéoporose ont permis de découvrir un composé chimique facilitant la repousse des cheveux. Cette trouvaille pourrait changer la façon d’aborder ce mal qui touche bon nombre d'hommes et de femmes.

Comme le rappelle The Independent, seulement deux médicaments –le minoxidil et le finasteride– sont prescrits pour traiter la calvitie ou alopécie androgénétique –la forme la plus courante de perte de cheveux chez les hommes. Le problème est que ces deux traitements n’offrent pas de résultats satisfaisants (la chute reprend dès qu'on arrête le minoxidil, par exemple).

Lors d'une première étude menée par les chercheurs de l’université de Manchester, le WAY-316606, principal agent actif d’un traitement contre l’ostéoporose, s’est révélé être efficace pour ce qui est de la repousse des cheveux.

Des premiers résultats satisfaisants

Les scientifiques de l’université de Manchester ont du coup effectué des tests sur des échantillons capillaires donnés par quarante hommes ayant bénéficié d’une greffe de cheveux. Après seulement deux jours de traitements sous WAY-316606, les follicules ont commencé à produire des cheveux. The Independent précise que des tests sur les humains doivent être réalisés dans un futur proche.

«Ce nouveau composé chimique n’a jamais été envisagé pour traiter la perte de cheveux. Son potentiel est très encourageant: il pourrait changer la donne pour tous ceux qui souffrent de calvitie», explique Dr Nathan Hawkshaw, en charge du projet à l’université de Manchester.

Cette étude, publiée ce mardi dans la revue scientifique PLOS, est d'autant plus importante que les précédentes recherches se concentraient sur la culture cellulaire –une méthode utilisée pour reconstituer la chevelure. Le WAY-316606, lui, permettrait d'aller à la source du problème et d'empêcher la perte de cheveux pour de bon.

Slate.fr

Newsletters

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

La peur pathologique de la grossesse peut entraîner des complications au cours de l’accouchement et/ou après la naissance.

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters