Culture

Cannes 2018, jour 1: «Everybody Knows», film-machine

Temps de lecture : 3 min

Le film d’Asghar Farhadi remplit le contrat du film d’ouverture, avec une réalisation qui accuse les pesanteurs du cinéaste.

Penelope Cruz et Javier Bardem, les stars dont la présence est la principale justification du choix du film d'ouverture | Memento Films
Penelope Cruz et Javier Bardem, les stars dont la présence est la principale justification du choix du film d'ouverture | Memento Films

Une des caractéristiques du Festival de Cannes est que la moindre risée se transforme en tempête –dans un verre à cocktail. En prélude à l’ouverture ce mardi 8 mai, on aura donc eu droit à d’épiques levées de boucliers contre l’interdiction des selfies sur les marches, à des appels aux barricades pour cause de légère modification des horaires des projections de presse, à des déclarations enflammées à propos de l'avancement de vingt-quatre heures des dates de la manifestation, et autres fausses affaires qui auront grandement agité médias et réseaux sociaux.

Enfin les choses dignes d’intérêt ont commencé, avec la projection du film d’ouverture. On comprend bien pourquoi Everybody Knows –qui sort en salle aussitôt après, le 9 mai– occupe cette position inaugurale.

Un film international –coproduction franco-hispano-italienne– signé d’un réalisateur oscarisé, le «very global» Iranien Asghar Farhadi, avec deux stars cotées sur les deux rives de l’Atlantique, Penelope Cruz et Javier Bardem, est exactement ce dont le Festival a besoin pour lancer les festivités. Manière de dire, évidemment, que ses qualités cinématographiques ne sont pas nécessairement la raison principale de sa présence.

Une adolescente disparaît

Situé dans une campagne vinicole d’Espagne, le film met aux prises les membres d’une famille élargie et leurs proches, confrontés à l’enlèvement d’une des leurs, une adolescente disparue au cours d’une fête de mariage. Et il met aux prises une femme d’âge mûr (Penelope Cruz) mariée à un autre (l'Argentin Ricardo Darin) et son ancien amoureux (Javier Bardem), avec comme environnement une famille à la fois protectrice et dangereuse.

La famille, refuge et nœud de vipère | Memento Films

Soupçons, jalousies amoureuses, anciennes rancœurs, rivalités sociales et sentimentales, secrets mal gardés, manipulations: qui connaît le cinéma de Farhadi reconnaîtra les ressorts dramatiques que le réalisateur iranien sait organiser, avec une habileté que nul ne lui conteste.

Énormes rouages

Farhadi est moins cinéaste que scénariste: il fabrique des intrigues à tiroirs et retournements qu’il illustre méticuleusment, avec pour principale sinon unique idée de mise en scène le recours au jeu systématiquement paroxystique de ses interprètes –ce qui leur vaut l’admiration de tous ceux, nombreux, qui confondent jeu d’acteur et performance sportive. Avec le tandem Cruz-Bardem, ils seront servis.

«Écoute, j'ai quelque chose à te dire» (Barbara Lennie et Javier Bardem) | Memento Films

De manière étonnamment explicite, le premier plan du film offre une très juste métaphore du fonctionnement de Everybody Knows: on y voit d’énormes rouages poussiéreux mettre en mouvement une horlogerie vieillotte qui déclenche, au sommet d’un clocher, un tintamarre de cloches.

Ensuite, on retrouve le procédé si fréquent dans les films du réalisateur: toutes les dix minutes, un personnage dit à un autre «Écoute, il faut que je te dise quelque chose». S’ensuit une révélation qui à son tour déclenche un tournant de l’intrigue, selon aucune autre nécessité que l’adresse de l’auteur à aligner les rebondissements.

Mais cette expertise semble si sûre de se suffire à elle-même que le moment vient vite où on se désintéresse de ce qui arrive à ces gens sur l'écran. Malgré les drames, les trahisons, les énigmes, les cris et les pleurs, ils sont moins des personnages que des figurines utilisées pour produire des effets, sans que leur soit offert un espace d'autonomie ou une profondeur de quelque nature.

Répondant, comme on a dit, aux réquisits du film d’ouverture –ce n’est pas évident à trouver, et on en a connu des bien pires, le film a été plutôt bien accueilli.

Maintenant, on attend que le festival commence. Le vrai coup de théâtre, les festivaliers en robe de soirée et smoking l'ont découvert en rallumant leur portable à l'issue de la projection de gala: la sortie des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.

Mais dans un lieu qui tend si aisément à se transformer en bulle étanche au monde, et nonobstant la nationalité du réalisateur, de cela, il ne fut pas question au dîner officiel qui a cloturé la première soirée du 71e Festival de Cannes.

Everybody Knows

d'Asghar Farhadi, avec Penelope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darin, Barbara Lennie, Eduard Fernandez

Durée: 2h12. Sortie: 9 mai 2018

Séances

Jean-Michel Frodon Critique de cinéma

Newsletters

Pour prendre conscience du talent d'Aretha Franklin, il faut écouter «One Step Ahead»

Pour prendre conscience du talent d'Aretha Franklin, il faut écouter «One Step Ahead»

Depuis l’annonce de sa mort, les tubes de la chanteuse tournent en boucle. Superbes, certes, mais pas autant que «One Step Ahead», chanson qui résume parfaitement cette facette intimiste moins connue de la reine de la soul.

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

Joshua Blackburn adore les laveries automatiques. De là lui est venue l'idée du projet Coinop_London: dresser le portrait de Londres à travers ses laveries. «J'aime l'idée de se concentrer sur une petite tranche de la vie urbaine pour voir ce...

«Sexcrimes», objet cinématographique jouissif et stimulant

«Sexcrimes», objet cinématographique jouissif et stimulant

Le thriller à tiroirs de John McNaughton aurait pu tomber dans l'oubli. C'était sans compter sur sa posture terriblement aguicheuse, ses rebondissements mémorables et son second degré permanent.

Newsletters