Politique / Monde

Près de 80% des Sud-Coréens font désormais confiance à Kim Jong-un

Temps de lecture : 2 min

Retour en grâce du président nord-coréen depuis le sommet intercoréen et la poignée de main des deux dirigeants.

Kim Jong-un et Moon Jae-in se tiennent la main lors du sommet intercoréen de Panmunjom, dans la Maison de la Paix, le 27 avril 2018 | Korea Summit Press Pool / AFP
Kim Jong-un et Moon Jae-in se tiennent la main lors du sommet intercoréen de Panmunjom, dans la Maison de la Paix, le 27 avril 2018 | Korea Summit Press Pool / AFP

La poignée de main du 27 avril, pour symbolique qu'elle soit, aura été suivie d'effets. Lors du sommet intercoréen à Panmunjom, les présidents Moon Jae-in et Kim Jong-un avaient franchi la zone démilitarisée (DMZ), signe d'un rapprochement entre les deux Etats, ayant pour projet de dénucléariser la péninsule.

Le retour en grâce de Kim Jong-un

D'après les sondages, le temps des inimitiés sévères n'est plus. Tout a changé depuis que les Républiques ont envoyé leur présidents se rencontrer dans la DMZ. L'opinion publique a fait volteface, et selon un sondage de MBC, les Sud-Coréens sont désormais 78% à faire confiance au leader nord-coréen. Moins d'un mois et demi auparavant, Kim Jong-un était pourtant gratifié dans un sondage Gallup Korea d'une cote de confiance de seulement 10%.

Moon Jae-in est aussi dans les grâces du peuple sondé (un échantillon de 1.023 personnes, contactées par téléphone quelques jours après la rencontre de Panmunjom), approuvé par ce dernier à 86% –la plus grande popularité de l'histoire d'un président sud-coréen.

Scènes symboliques et moments historiques se sont accumulés, entre le franchissement de la dalle de béton de la DMZ, la réunion des deux délégations dans la Maison de la Paix, une conversation de trente minutes dans les bois entre les deux présidents face aux caméras, et surtout l'annonce de la signature d'un traité de paix d'ici la fin de l'année.

Le changement est de taille pour Kim Jong-un, qui cultivait jusque-là une image de tyran belliqueux, après plus d'un an d'escalade des menaces nucléaires, notamment vis-à-vis des États-Unis et de Donald Trump.

Selon MBC, 89% des répondants sud-coréens considèrent que le sommet intercoréen est un succès, 30% s'attendent à ce que celui prévu entre les États-Unis et la Corée du Nord soit un véritable succès, et 56% à ce qu'il soit plutôt fructueux.

D'après l'ancien sondage Gallup, 67% des répondants avaient une opinion négative du président Trump, et 64% pensaient que la Corée du Nord pourrait un jour abandonner son programme d'armement nucléaire.

Newsletters

La politique du «quoi qu'il en coûte» a bien sauvé l'économie française

La politique du «quoi qu'il en coûte» a bien sauvé l'économie française

Selon les estimations du Cepremap, les mesures macroéconomiques mises en place à partir de 2020 ont non seulement limité la contraction du PIB, mais également l'augmentation de la dette publique.

La France insoumise a-t-elle déjà réussi son OPA sur la gauche française?

La France insoumise a-t-elle déjà réussi son OPA sur la gauche française?

Sondage après sondage, la candidature de Jean-Luc Mélenchon se détache à gauche. Cette nouvelle campagne du tribun insoumis va-t-elle donner à la gauche sa direction et les clés de son avenir?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio