Culture

La mort de Pierre Rissient, gentleman globe-trotter du cinéma

Temps de lecture : 2 min

Disparu le 6 mai 2018 à 81 ans, il n’était ni une star ni un réalisateur célèbre. Pourtant il incarne toute une phase de l’histoire du cinéma.

Pierre Rissient en discussion avec des jeunes critiques, Festival de Locarno 2013 (©Frodon)
Pierre Rissient en discussion avec des jeunes critiques, Festival de Locarno 2013 (©Frodon)

À 20 ans, il participe à l’activisme cinéphile parisien, dans le cercle des «mac-mahoniens» (du nom du cinéma Mac Mahon près de la Place de l’Étoile qui est leur quartier général), défenseurs passionnés de certains grands cinéaste hollywoodiens – Raoul Walsh, Otto Preminger, Josef Losey et l’œuvre américaine de Fritz Lang en particulier.

Pierre Rissient sera l’assistant de Jean-Luc Godard sur le tournage d’À bout souffle en 1959, attaché de presse, critique, réalisateur de courts métrages, et plus tard de deux longs, Alibis (1977) et Cinq et la peau (1982) dont la version restaurée ressort le 30 mai. Il fut aussi un conseiller écouté du Festival de Cannes durant près de 40 ans.

Une figure du microcosme cinéma

Ce parcours est celui d’un homme aussi célèbre dans le milieu du cinéma pour son érudition que pour sa faconde, généreux dans ses amitiés et tranchant dans ses jugements. Ses connaissances étaient d'ailleurs loin de se limiter au seul cinéma, il était en particulier un admirable connaisseur des littératures françaises et américaines, et un amateur de poésie raffiné.

Silhouette de Bouddha ornée de T-shirts folkloriques, infatigable voyageur même quand des problèmes de santé rendront ses déplacements difficiles, durant la dernière phase de sa vie, il aura aussi consacré beaucoup de temps à partager son immense savoir avec des jeunes cinéastes, des jeunes critiques, des jeunes programmateurs.

Mais Pierre Rissient n’est pas uniquement une figure attachante du monde du cinéma. Il en incarne à certains égards l’histoire depuis un bon quart de siècle. Il aura en effet accompagné de toute son énergie, son entregent, ses connaissances, son amour et le cas échéant sa mauvaise foi, deux des mutations majeures du septième art à partir de la fin des années 1970.

Le pygmalion de Clint Eastwood

La première concerne des pans entiers de ce qu’on appelle le «Nouvel Hollywood» (la génération Scorsese -dont il a fait découvrir Mean Street à Cannes-, De Palma, Spielberg, Lucas, jusqu’à son ami Tarantino), mais surtout la construction patiente de la reconnaissance de Clint Eastwood comme figure majeure de l’art du cinéma.

Interlocuteur régulier de la star hollywoodienne devenue figure majeure la mise en scène, ami et conseiller, Rissient aura accompli avec celui qui a été d’abord été assigné à la seule violence de l’Inspecteur Harry une des plus éclatante traductions des idées défendues dès les années 50.

L’entrée d’Eastwood au panthéon des grands cinéastes contemporains signe en effet l’importance des ressources du film de genre comme œuvre, idée désormais acquise, voire dévoyée par beaucoup d’autres en survalorisation des nanars de tout poil, machine de guerre contre le cinéma d’auteur – que Rissient, lui, n’a jamais cessé de défendre. Exemplaire serait à cet égard son soutien indéfectible à la grande cinéaste Jane Campion, qu'il aura accompagnée jusqu'à la Palme d'or de La Leçon de piano, et ensuite.

Pierre Rissient et Abbas Kiarostami, Festival de Cannes 2012 (©Frodon)

La deuxième et peut-être la plus importante concerne la reconnaissance des cinématographies «du Sud», principalement asiatiques mais pas uniquement.

Faire que le cinéma devienne vraiment mondial

Pierre Rissient a joué un rôle majeur dans la reconnaissance des Taïwanais Hou Hsiao-hsien et Edward Yang, de l’Iranien Abbas Kiarostami, du Philippin Lino Brocka, du Sri-lankais Lester James Peries, des Coréens Im Kwon-taek et Lee Chang-dong. Durant des décennies, il n’aura jamais hésité à sauter dans un avion pour aller à Manille ou à Hong Kong visionner un film en cours de finition d’un jeune réalisateur, discuter, faire savoir, défendre.

Aux côtés de plusieurs importantes sociétés de production et de distribution (Ciby 2000 créé par Bouygues dans les années 90, MK2, Pan Européenne), il aura convaincu des dirigeants d’entreprises de participer au financement de projets du monde entier, qu’il allait ensuite défendre.

Si, au cours des années 80 et depuis, le «cinéma mondial» est enfin devenu mondial, et plus seulement polarisé autour de quelques grands centres occidentaux et Tokyo, il le doit pour une part au moins à Pierre Rissient.

Newsletters

Une puce intra-auriculaire pour apprendre plus rapidement une langue étrangère

Une puce intra-auriculaire pour apprendre plus rapidement une langue étrangère

Relié au système nerveux, le dispositif aide l'oreille à se familiariser à de nouvelles sonorités.

«Lovecraft Country» ou comment se réapproprier une œuvre culte raciste

«Lovecraft Country» ou comment se réapproprier une œuvre culte raciste

Dans cette nouvelle série HBO, des créatures fantastiques tout droit sorties de l’univers de H.P. Lovecraft se mélangent aux monstres de l’Amérique de Jim Crow.

Kermit et Piggy la cochonne ont fait leur temps

Kermit et Piggy la cochonne ont fait leur temps

Ce n'est pas trop tôt, le célèbre couple du Muppet Show est en voie de séparation. Amour sans joie, adieu à toi.

Newsletters