Sciences / Sociéte

Quand les médecins sous-estiment les maux des femmes

Temps de lecture : 4 min

Le corps médical n'entend pas assez la souffrance féminine, trop souvent dite psychosomatique.

Image: DarkoStojanovic via Pixabay CC
Image: DarkoStojanovic via Pixabay CC

«Les médecins commettent la faute de ne pas s'informer exactement de la cause de la maladie (des femmes) et de la traiter comme s'il s'agissait d'une maladie masculine… Il faut dès le début interroger soigneusement sur la cause; car les maladies des femmes et celles des hommes diffèrent beaucoup pour le traitement».

Si ces propos semblent d'actualité, ils ont pourtant été écrits par Hippocrate il y a près de deux mille ans. Principalement théorisée par des hommes, la médecine demeure, en 2018, pensée pour et par le masculin. Au détriment de milliers de femmes qui estiment que leurs maux ne sont ni compris ni entendus.

Dans un article du New York Times, la journaliste santé Camille Noe Pagán alerte sur une certaine négligence de la souffrance féminine au sein du corps médical. Phénomène auquel elle raconte avoir elle-même été confrontée :

«"Vous me semblez être en pleine santé", a décrété avec enthousiasme ma médecin généraliste. Je l’ai regardée, incrédule. Je venais tout juste de lui dire que je ne prenais plus de plaisir à passer du temps avec mes enfants et que je peinais à accomplir les tâches du quotidien, à la maison comme au travail. […] Je savais pertinemment qu’être incapable de mener une vie normale était un signe alarmant et qu’il fallait que je me fasse aider. J’appelais à l’aide. Mais le docteur n’avait pas l’impression que j’en aie besoin.»

«Faites du sport et essayez le yoga!»

Trop souvent, le mal-être -physiologique comme psychologique- qu’expriment les femmes est mis sur le compte du stress, du surmenage ou d’un mode de vie jugé insuffisamment sain. «Faites de l’exercice et du yoga, ou envisagez la médiation. Et dormez davantage.», avait-on suggéré à cette jeune mère de famille, dont l’anxiété la tenait justement éveillée des nuits entières. Comme la sienne, bien des consultations se concluent abruptement par un «essayez-ça et revenez me voir dans quelques mois, d’accord?», laissant des patientes frustrées et doutant désormais de la légitimité de leurs plaintes. Toutes n’auront pas la force de consulter à nouveau, et celles qui le feront se verront parfois confrontées à la même impuissance.

«Il m’a fallu plusieurs mois avant de trouver le courage d’aller voir un autre praticien -un thérapeute, cette fois - qui, effaré par le récit de mon expérience précédente, m’a assurée qu’il y avait plein d’options pour me permettre d’aller mieux», raconte Camille Noe Pagán. Remise sur pied grâce à une psychothérapie fructueuse, cette dernière a décidé de se pencher sur la question: comme elle, combien de femmes ont vu leurs soucis de santé sous-estimés et balayés d’un revers de main?

L'enseignement de la médecine pointé du doigt

«Les professionnels de santé peuvent, inconsciemment, avoir intériorisé des données biaisées qui impactent la manière dont les femmes sont entendues, comprises et traitées», explique Docteure Tia Powell, professeure d’épidémiologie clinique à l’Albert Einstein College de New York.

Les connaissances transmises aux étudiants en médecine proviennent de textes scientifiques rédigés par des hommes il y a plusieurs dizaines d’années…voire siècles! Et dont les conclusions sont aussi désuètes qu’inadaptées aux réalités biologiques du sexe féminin. «Les facultés de médecine prennent progressivement conscience de ce problème, mais il y a encore du chemin à parcourir», poursuit la chercheuse qui, malgré sa profession, a elle-même été victime d’un mauvais diagnostic.

«Il y a un certains temps, j’avais perdu 5 kilos en deux mois. Je suis allée voir mon médecin en lui disant craindre le retour d’une maladie chronique dont je souffrais par le passé». Après avoir exposé plusieurs arguments allant à l’encontre de ma suggestion, il avait ajouté : «et vous avez sûrement fait un régime» - sans que je n’aie dit quoi que ce soit qui puisse laisser penser cela. Je doute que le docteur aurait supposé la même chose concernant un patient masculin». Après une batterie d’examens, l’intuition de Tia Powell s’était d’ailleurs révélée juste.

«C’est dans votre tête»

Plusieurs enquêtes médicales, note le New York Times, démontrent que médecins et infirmières prescrivent moins d’anti-douleurs aux femmes qu’aux hommes. Et ce, alors même que les femmes se plaignent de douleurs plus fréquentes et plus intenses que ces derniers.

Une étude menée par l’Université de Pennsylvanie révèle quant à elle que les femmes attendent en moyenne 16 minutes de plus que les hommes avant de se voir administrer un traitement anti-douleurs aux urgences. En cause: une solide croyance selon laquelle la souffrance féminine serait généralement psychosomatique ou causée par un stress émotionnel. Le fameux «c’est dans votre tête». Par conséquent, comme l’a constaté le département de cardiologie de Yale, les femmes hésitent davantage à signaler une potentielle crise cardiaque que les hommes, par peur d’être jugées hypocondriaques.

Les récents débats médicaux autour de l’endométriose -maladie chronique qui touche 1 femme sur 10 et se manifeste par de violentes douleurs pelviennes, des règles abondantes et même parfois une infertilité- montrent une progression des moeurs, bien qu’encore trop lente. Faute de recherches suffisamment poussées, de nombreuses zones d'ombres persistent autour de cette maladie, et d’autres pathologies féminines sont encore très largement sous-diagnostiquées.

«N’hésitez pas à dire: "j’ai l’impression que vous ne me prenez pas assez au sérieux"»

Pour lutter contre la négation de la souffrance féminine, il convient dans un premier temps, selon Docteure Fiona Gupta (neurologiste à l’hôpital new-yorkais du Mount Sinai), d'encourager les femmes à assumer leurs préoccupations et à persévérer face aux professionnels de santé qui ne les entendent pas.

Pour cela, poursuit-elle, un travail de pédagogie reste à faire. Elle conseille aux femmes de ne pas hésiter à demander aux médecins sur quelles bases scientifiques se fondent leurs recommandations, ainsi que les moyens concrets de vérifier leur validité et leur efficacité. «Soyez directes», martèle-t-elle. «N’hésitez pas à dire: «j’ai l’impression que vous ne me prenez pas assez au sérieux». Un bon médecin se doit avant toute chose d’être à l’écoute et, insiste Docteure Powell, «conçoit d’abord le soin comme une conversation et non une énumération d’instructions».

Slate.fr

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

Newsletters