Égalités / Société

Les musulmans sont plus nombreux à soutenir le mariage homosexuel que les évangélistes blancs

Temps de lecture : 2 min

La communauté musulmane américaine s'ouvre à la question des droits LGBT+.

Manifestation LGBT+ à Hollywood, 15 mai 2008. Par GABRIEL BOUYS via AFP
Manifestation LGBT+ à Hollywood, 15 mai 2008. Par GABRIEL BOUYS via AFP

Alors que la présidence Trump va de pair avec une stigmatisation croissante de la communauté musulmane vivant aux États-Unis, un récent sondage vient tordre le cou à plusieurs idées reçues la concernant.

Basée sur un grand échantillon de plus de 40.000 Américains, une étude d’opinion révèle en effet que la majorité des musulmans se dit favorable au mariage entre personnes du même sexe.

Légalisé par la Cour Suprême américaine en 2015, le mariage gay, mais aussi les droits LGBT+ en général, seraient de plus en plus soutenus au sein des diverses communautés religieuses outre-Atlantique.

Seuls les évangélistes blancs seraient encore majoritairement opposés à l’union des couples homosexuels. Les Mormons se disent contre à 58% et les témoins de Jehovah à 63%. A contrario, 51% des musulmans sondés affirment être pour.

Le sondage témoigne globalement d’une approbation croissante du mariage gay, accepté dans 44 états américains sur 50. Plus conservateurs et traditionnellement Républicains, la Louisiane, le Mississippi, le Tennessee, la Virginie-Occidentale et la Caroline du Nord restent encore à convaincre.

Newsletters

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio