Monde

Cours de yoga contre remise de peine

Temps de lecture : 2 min

Les détenus indiens de la ville de Gwalior pourront bientôt troquer la position du lotus contre quelques jours de liberté. Les autorités d'un Etat du centre de l'Inde ont annoncé jeudi 21 janvier que les prisonniers qui suivent des cours de yoga seront libérés plus vite. Le yoga permettrait en effet d'améliorer la maîtrise de soi-même et de canaliser son agressivité.

«Lorsqu'un détenu suit des cours de yoga et qu'il remplit certaines autres conditions, il sera alors présenté pour une remise de peine si le responsable de la prison recommande son dossier», précise l'inspecteur général des prisons de l'Etat de Madhya Pradesh, Sanjay Mane. Trois mois de cours de yoga seront convertibles en quinze jours de remise de peine.«Le yoga est bon pour se maintenir en forme, tempérer le comportement, contrôler la colère et réduire le stress», poursuit M. Mane. Les détenus qui suivent des cours de littérature et obtiennent de bonnes notes pourront aussi bénéficier d'une libération anticipée.

En France, les prisonniers peuvent voir leur peine raccourcie si ils font preuve de «sérieux efforts de réadaptation» en suivant une formation, des soins ou en indemnisant leur victime.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


[Lire l'article dans son intégralité sur Le Monde]

Image de une :Yoga (Creative Commons, Flickr)

Slate.fr

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters