Economie

Le retour des bulles spéculatives

Gérard Horny, mis à jour le 22.01.2010 à 11 h 05

Il n'aurait pas fallu longtemps après la récession pour que les bulles financières refassent leur apparition. Comment les identifier?

La puissance de l'économie chinoise, seul moteur de la croissance mondiale, a une conséquence immédiate: ce qui se passe dans ce pays exerce aujourd'hui sur les marchés financiers une influence presque aussi forte que les informations venant des Etats-Unis. La Chine affiche une croissance de 10,7% en rythme annualisé au quatrième trimestre 2009, ce qui conduit à une croissance sur l'ensemble de l'année de 8,7%. Ces chiffres remarquables dans un contexte de récession mondiale devraient réjouir. En fait, ils inquiètent.

Sur les marchés, les opérateurs craignent un coup de frein des autorités chinoises. Cela n'a d'ailleurs pas manqué: par différentes mesures techniques (hausse des réserves obligatoires des banques) ou plus autoritaires (on parle de plafonnement des crédits imposé à certaines banques), Pékin veut calmer le jeu et éviter qu'une croissance trop rapide ne débouche sur une accélération de l'inflation. L'inquiétude des marchés est sans doute excessive: les mesures prises aujourd'hui montrent simplement que la Chine avait vu un peu grand quand elle a conçu l'an dernier son plan de soutien à l'activité. Que la croissance du crédit soit un peu recalibrée n'est pas une mauvaise chose.

Les dirigeants des grandes institutions internationales craignent, eux, que le regain de dynamisme de l'ensemble de l'Asie ne conduise à de nouvelles turbulences financières. La Banque mondiale s'inquiète de la brutale remontée des flux de capitaux en direction des pays en développement au second semestre 2009. Ces économistes y voient les prémices de nouvelles tensions sur les prix des actions, des monnaies ou de l'immobilier et espèrent que les problèmes rencontrés à Dubaï, ainsi que la dégradation des notes accordées aux emprunts lancés par la Grèce et le Mexique, vont un peu calmer les ardeurs spéculatives. Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, qui ne semble pas croire que l'appel à la raison puisse être suffisant, invite les pays concernés à prendre les mesures qui leur semblent les plus adaptées à leur situation , y compris le contrôle temporaire des mouvements de capitaux.

Alors, ce monde que l'on disait au bord de la ruine il y a un an serait-il de nouveau menacé par les excès de la finance? Le propos est à nuancer. Les banques centrales ont déversé des tombereaux de liquidités, qui sont pour l'essentiel restées dans le circuit bancaire. Si le montant des nouveaux crédits a pratiquement doublé en Chine l'an passé, le souci des gouvernants de la plupart des pays développés est au contraire d'inciter les banques à développer un crédit qui, pour l'instant, reste en panne. Or les grandes crises financières ont toujours un point commun: une croissance inconsidérée du crédit. Ce n'est le cas aujourd'hui ni aux Etats-Unis, ni en Europe, ni au Japon.

Les obligations sont chères, mais cela correspond à l'objectif visé: avoir des taux à long terme le plus bas possible pour assurer la reprise. Tout le problème pour les banques centrales sera de resserrer leur politique monétaire sans faire remonter trop brutalement ces taux longs. Parler de bulle obligataire est excessif, même si on peut s'interroger sur les risques pris par certains gérants en achetant des emprunts assez mal notés pour obtenir un rendement plus important qu'avec les emprunts d'Etat ou d'entreprise de qualité.

Quant aux actions, elles ont certes remonté de 30% en 2009 au niveau mondial, mais après avoir chuté de 40% l'année précédente. Elles ne sont plus bon marché, mais les valorisations restent raisonnables dans la plupart des pays développés. Allez parler de bulle sur les actions à un épargnant français qui voit l'indice CAC40 encore au-dessous de son niveau d'il y a dix ans! Cela dit, il est vrai que les valorisations atteignent des niveaux qui commencent à paraître élevés dans certains pays d'Asie comme Taïwan, l'Inde ou même la Chine.

Quid des matières premières?

Peut-on parler de bulle dans l'immobilier? Dans beaucoup de pays occidentaux, les gouvernements seraient heureux s'ils étaient sûrs que les prix ont durablement arrêté de baisser et ne seraient pas mécontents de les voir remonter. Les problèmes de prix excessifs, car déjà repartis à la hausse, sont concentrés en des endroits très précis comme Londres et Paris. Ailleurs, on peut effectivement se poser des questions sur l'effervescence de certains marchés asiatiques, notamment en Chine (Shenzhen, Shanghai, Pékin).

La vraie interrogation porte en fait, pour l'instant, sur les matières premières, principalement, les métaux, y compris l'or. La hausse des prix enregistrée au cours des derniers mois semble nettement dépasser le jeu normal de l'offre et de la demande et ne s'explique guère autrement que par des placements spéculatifs.

Bref, des excès sont en train d'être commis, ils sont localisés, mais doivent être surveillés. Les régulations qui se préparent dans le cadre du G20 seront-elles efficaces pour prévenir de nouveaux désastres? C'est loin d'être acquis, de l'avis de beaucoup d'économistes, car elles ne répondent pas à une question fondamentale: peut-on vivre sans bulles financières dans un monde où l'épargne est surabondante?

Gérard Horny

A LIRE EGALEMENT SUR LES BULLES FINANCIERES: Dubaï comme une piqûre de rappel, L'arnaque grecque et «La facture de la crise n'est pas payée».

Image de Une: Tour de Babel Brueghel 1563

Gérard Horny
Gérard Horny (300 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte