Sports / Monde

La télévision saoudienne diffuse des images de lutteuses en tenue de combat... puis s'excuse

Temps de lecture : 2 min

Lors d'un tournoi de lutte à Djeddah, une publicité montrant des lutteuses a été diffusée sur les grands écrans du stade et à la télévision. Scandale pour les autorités saoudiennes, qui se sont excusées.

Un match de catch à Nola, en 2018 | Shared Account via Flickr CC License by
Un match de catch à Nola, en 2018 | Shared Account via Flickr CC License by

Les débardeurs, brassières et justaucorps des lutteuses ne sont définitivement pas au goût des autorités saoudiennes. Lors du Greatest Royal Rumble, un fameux tournoi de catch qui se tenait à Djeddah vendredi dernier, Carmella, Bayley et Sasha Banks sont apparues sur les grands écrans du stade avant un match, rapporte The Independent. Dans leur tenue légère, les trois catcheuses étaient aussi sur les écrans de télévision qui rediffusaient l'événement à différents endroits du pays, et ce pour la première fois.

La télévision d'État s'est empressée de couper la retranscription. Mais les 60.000 hommes, femmes et enfants présents dans le stade, ainsi que des centaines de téléspectateurs ont pu apercevoir l'accoutrement des trois sportives. Le lendemain, l'Autorité générale saoudienne des sports s'est immédiatement excusée dans une déclaration officielle:

«L'Autorité s'est assurée d'interdire la diffusion de tout passage montrant des lutteuses, ou des scènes où l'on pourrait les voir, et l'a stipulé à la WWE.»

La World Wrestling Entertainment est l'entreprise qui organise le tournoi, et gère les droits de diffusion. Pour ce Greatest Royal Rumble, elle a essuyé de nombreuses critiques: l'organisation n'a pas hésité à refuser les lutteuses sur le ring, comme l'exigeait l'Arabie Saoudite. «Nous sommes engagés à accepter et à célébrer les individus venant de tous les horizons, se sont justifiés ses dirigeants, mais dans le même temps, nous tenons à respecter les coutumes locales lors de nos événements organisés dans le monde entier.»

Seul progrès pour cette édition 2018: les femmes et les enfants étaient, pour la première fois, autorisés à assister au tournoi. L'apparition des trois catcheuses, partiellement dénudées, durant le temps de pause, a fait d'autant plus scandale.

Slate.fr

Newsletters

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

Avec elles, aucune interruption intempestive pendant les matchs pour cause de faute supposée ou d'animosité.

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les stars du ballon rond et les grands patrons gagnent presque les même salaires. Il est pourtant mieux vu de toucher 100 millions d'euros par an quand on est footballeur que quand on est PDG.

Non, les (vrais) alpinistes ne rêvent pas de l'Everest

Non, les (vrais) alpinistes ne rêvent pas de l'Everest

Les amoureux de la montagne et de ses sommets vertigineux abandonnent peu à peu l'ascension de l'Everest ou du Mont Blanc au profit de riches touristes, novices en la matière.

Newsletters